Tamba : Démantèlement d’un vaste réseau de production de faux extraits de naissance à des étrangers
Deux enseignants, un informaticien et un guinéen, déférés au parquet et placés sous mandat de dépôt

Tamba : Démantèlement d’un vaste réseau de production de faux extraits de naissance à des étrangers

Deux enseignants, un informaticien et un guinéen, déférés au parquet et placés sous mandat de dépôt
Copyright © Senemedia.com


C’est ce jeudi que le tribunal de grande instance va évoquer le dossier portant démantèlement d’un réseau de production de faux extraits de naissance au profit d’étrangers. Un trafic qui a pris de l’ampleur dans la capitale orientale. La semaine dernière déjà, le tribunal statuait sur une affaire similaire portant sur un faux acte de naissance délivré par le secrétaire municipal de la commune de Sinthiou Malème à un ressortissant malien. Le bonhomme, A. Diouwara, sera condamné à 5 mois de prison ferme, contre 2 mois ferme pour son acolyte malien. Cette affaire à peine vidée, le tribunal va devoir évoquer un autre dossier similaire de plus grande envergure.

Il s’agit d’un vaste réseau de production de faux actes de naissance délivrés à deux ressortissants guinéens. De sources proches de l’enquête, tout est parti de la volonté du ressortissant guinéen El M. A. Diallo établi à Tamba, de se faire délivrer un extrait de naissance sénégalais. Pour ce faire, il a pris langue avec le maître d’Eps A. Danfakha, 30 ans, qui lui a réclamé 30 000 FCFA. Ce montant en poche, Danfakha s’en est ouvert à l’informaticien M. Traoré, qui l’a mis en contact avec le sieur I. Magassouba. Celui-ci réclame la somme de 10 000 FCFA et parvient, dans un délai raisonnable, à dégoter un extrait de naissance daté de 1998 sous le N°1301. Dans ce faux extrait de naissance, il est mentionné qu’El M. A. Diallo est né au village de Saré Bira (commune de Ndoga Babacar). Une maladresse qui va les perdre. En effet, ce village, Saré Bira, ne fait pas partie de la commune de Ndoga Babacar. Ignorant royalement cela, El M. A. Diallo, tout heureux de bénéficier enfin de son précieux sésame, s’est présenté le 22 novembre dernier au commissariat de police de Tamba pour un enregistrement en vue de l’obtention d’une carte nationale d’identité biométrique. Son rêve sera brisé par la vigilance des policiers, qui ont décelé le caractère faux de l’extrait de naissance. Appréhendé, El M. A. Diallo a de suite balancé ses acolytes. A l’issue de l’enquête, l’informaticien M. Traoré, 34 ans le maître d’Eps, A. Danfakha, 30 ans et I. Magassouba, seront tous déférés au parquet et placés sous mandat de dépôt ce jeudi 30 novembre devant le tribunal de grande instance de Tamba.

Dans le même temps, les limiers du commissariat urbain en charge des enregistrements des cartes d’identité nationale biométrique vont appréhender un autre ressortissant guinéen. Il s’agit du boutiquier A. Baldé, qui s’était présenté au commissariat le 22 novembre 2017 avec un faux extrait de naissance. Interpellé, il a révélé avoir obtenu le document moyennant 30 000 FCFA, remis à M. Diané alias John Ben, 64 ans. Celui-ci lui a alors délivré un extrait qui le fait naître en 1999 à Sinthiou Malème. Un extrait signé par le professeur d’anglais O. Sidibé, 37 ans. Placé en garde à vue, il a été déféré au parquet le 27 novembre dernier pour faux, usage de faux et complicité. Le professeur d’anglais, O. Sidibé retrouvera les siens à la faveur d’une liberté provisoire.

 

(Source L’Observateur)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Détournement à la SODAGEM
Détournement à la SODAGEM
Saly : Démantèlement d’un gang de voleurs de voitures
Saly : Démantèlement d’un gang de voleurs de voitures
Université Gaston Berger de Saint-Louis : Affrontements entre étudiants et gendarmes
Université Gaston Berger de Saint-Louis : Affrontements entre étudiants et gendarmes
Drame à Bignona : Un directeur d’école s’est pendu
Drame à Bignona : Un directeur d’école s’est pendu