Louga : Coupable du meurtre de son ami, Diouldé Sow prend 20 ans de travaux forcés
« C’est moi qui lui a asséné des coups de couteau, mais je ne lui ai jamais … »

Louga : Coupable du meurtre de son ami, Diouldé Sow prend 20 ans de travaux forcés

« C’est moi qui lui a asséné des coups de couteau, mais je ne lui ai jamais … »
Copyright © Senemedia.com


Diouldé Sow, placé sous mandat de dépôt le 13 octobre 2016, devrait séjourner encore dix-neuf autres années en prison, avant d’humer l’air de la liberté. Le berger, âgé de 25 ans, accusé du meurtre de Seydi Kâ, a écopé, hier, d’une condamnation de 20 ans de travaux forcés, lors de son audience tenue à la Chambre criminelle du tribunal de grande instance de Diourbel. Il versera aussi la somme de 2 000 000 FCFA aux héritiers de la victime.

En rendant le verdict final, le président du tribunal et ses deux assesseurs n’ont suivi ni le réquisitoire du substitut du procureur de la République, encore moins la plaidoirie de l’avocat de la défense. La sanction qu’ils ont prononcée est moins lourde que la peine sollicitée par le représentant du parquet, mais plus sévère que celle demandée par le conseiller de l’accusé.

Le ministère public avait requis les travaux forcés à perpétuité contre Diouldé Sow. Il fonde ses réquisitions sur la violence des coups de couteau que l’accusé a assénés à la victime, mais aussi les parties vitales qu’il a visées : l’œil, le thorax et le côté droit. Pour lui, le certificat de genre de mort dressé par le medecin-légiste atteste l’intention de Diouldé Sow de tuer son ami.

Pour sa part, la défense a souligné l’absence d’intention pour établir la responsabilité de son client. Maître Serigne Diongue a, par ailleurs, sollicité la requalification des faits de meurtre en coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Selon la robe noire, le défaut d’intention doit pousser le tribunal à procéder à une application bienveillante de la loi, en accordant à l’accusé de larges circonstances atténuantes.

Diouldé Sow, lui a, tout au long de son interrogatoire, nié les faits de meurtre qui lui sont reprochés. Il a tout de même avoué avoir poignardé son ami. Il conteste l’intention de tuer. « C’est moi qui lui a asséné deux coups de couteau, mais je ne lui ai jamais souhaité la mort. Je n’ai jamais eu la volonté de le tuer », a-t-il dit.

Selon lui, il s’est défendu à la suite d’une bagarre qui l’opposait à son ami en pleine brousse. « La victime m’a intercepté en brousse pour m’accuser de vol de son argent. Je lui ai dit que je ne suis pas un voleur, mais il ne m’a pas lâché. Il m’a frappé à l’aide d’un bâton avant de me donner un coup de couteau. C’est ce qui m’a poussé à récupérer l’arme blanche pour lui assener des coups à mon tour », s’est-il défendu.

Mais son argument n’a pas convaincu les juges. Ces derniers ont refusé la thès d’excuse de provocation évoquée par l’accusé pour retenir sa culpabilité du crime de meurtre.

La partie civile, représentée par Saliou Ka, a demandé la somme de deux millions de francs CFA pour la réparation du préjudice qu’elle a subie.

Les faits se sont produits le 7 octobre 2016 à Ndindy (village situé dans la commune de Touba). Ce jour-là, les deux amis (Seydi Ka et Diouldé Sow) se sont battus en pleine brousse, après une dispute portant sur une accusation de vol de 15 000 FCFA et la mort de Seydi Ka s’en est suivie.

Diouldé Sow, conduit au poste de gendarmerie de Ndindy par son frère Mbaye Sow, a été placé sous mandat de dépôt six jours plus tard (le 13 octobre 2016) par le procureur de la République de Diourbel.

 

(Source EnQuête)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Détournement à la SODAGEM
Détournement à la SODAGEM
Saly : Démantèlement d’un gang de voleurs de voitures
Saly : Démantèlement d’un gang de voleurs de voitures
Université Gaston Berger de Saint-Louis : Affrontements entre étudiants et gendarmes
Université Gaston Berger de Saint-Louis : Affrontements entre étudiants et gendarmes
Drame à Bignona : Un directeur d’école s’est pendu
Drame à Bignona : Un directeur d’école s’est pendu