Libération de Cheikh Tidiane Gadio sous conditions
Assignation à résidence dans le domcile de son épouse et port du bracelet électronique

Libération de Cheikh Tidiane Gadio sous conditions

Assignation à résidence dans le domcile de son épouse et port du bracelet électronique
Copyright © Senemedia.com


Comme le révélait en exclusivité Libération, Cheikht Tidiane Gadio a encore fait face au juge hier, à 15 heures, heure de New-York. Après une première tentative avortée, il a été libre sous condition non sans payer une caution d’un million de dollars (548,8 millions FCFA). Ce, malgré l’opposition du parquet qui jurait que l’ancien ministre des Affaires étrangères risquait de prendre fuite vers le Sénégal, ce qui allait compromettre la procédure car il n’y a pas d’accord d’extradition entre notre pays et les Etats-Unis. Des arguments contestés par le juge qui a assorti à cette libération des conditions.

Premièrement, Cheikh Tidiane Gadio a été assigné à résidence dans le domcile de son épouse qui possède une maison dans le Maryland. Ensuite, il est tenu de porter un bracelet électronique pour permettre sa géolocalisation à tout moment, le temps que les juges finissent l’instruction du dossier.

« Les gens fuient, et ils fuient pour des raisons rationnelles », s’est insurgé l’adjoint au procureur américain Daniel Richtenthal. Des propos qui sonnent faux aux yeux de l’avocat de la défebse, Sean Hecker, du prestigieux cabient Debevoise and Plimmton.

« Mon client est homme respecté à travers le monde. C’est un homme intégre qui a occupé de hautes fonctions dans son pays. Son épouse aussi occupe des fonctions respectables et ceci suffit comme gage », a-t-il affirmé.

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Aly Ngouille dit niet à Ousmane Sonko
Aly Ngouille dit niet à Ousmane Sonko
RELANCE DU TOURISME EN CASAMANCE
RELANCE DU TOURISME EN CASAMANCE
Ahmed Mballo tue son ami pour 575FCFA
Ahmed Mballo tue  son ami pour 575FCFA
Le chef de l’Etat table sur la table
Le chef de l’Etat table sur la table