Audition du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall à Rebeuss
Les partisans du maire Dakar empêchent la commission ad hoc de faire son travail

Audition du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall à Rebeuss

Les partisans du maire Dakar empêchent la commission ad hoc de faire son travail
Copyright © Senemedia.com


Ça a chauffé hier, entre partisans du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, et forces de l’ordre devant la Maison d’arrêt et de correction de Rebeuss. Venus soutenir leur leader qui devait en principe être entendu par la commission ad hoc au sein même de sa cellule, dans le cadre de la demande de levée de son immunité parlementaire voulue par le ministère public, les soutiens du leader de la coalition Taxawu Mankoo Senegaal se sont frottés aux forces de l’ordre qui leur ont interdit l’accès tout autour des lieux. Pour éviter tout débordement, les éléments de la police ont en effet, dans un temps record, dispersé la foule à coup de grenades lacrymogènes. Même les professionnels de la presse présents sur les lieux pendant les affrontements n’ont pas pu échapper à al furie des forces de l’ordre qui les ont aspergés de grenades lacrymogènes.

Au même moment, ils ont procédé à des arrestations. Cinq militants du maire de Dakar, dont trois femmes et deux hommes, ont été ainsi mis aux arrêts et conduits manu militari au commissariat central de la police. Malgré la résistance qu’ils ont pu opposer aux forces de l’ordre, les militants du maire de Dakar ont été tous débarqués des lieux. Seuls ses avocats étaient autorisés à y accéder. Mes Cheikh Khouraïchy Ba, Borso Pouye, El Mamadou Ndiaye et compagnie, étaient en effet aux aguets pour porter assistance juridique à leur client.

En effet, l’annonce de l’audition de Khalifa Sall par la commission ad hoc jusque dans sa cellule de la Mac de Rebeuss a mis le feu aux poudres. Les partisans du maire de Dakar ont aussitôt organisé la riposte pour empêcher ce qu’ils considèrent comme un coup de force. Cependant, même si ce n’est pas de leur fait, l’audition n’a finalement pas eu lieu. Le président de ladite commission, Aymérou Gningue et ses camarades ont tout simplement fait faux bond. « Aujourd’hui (NDLR : hier), on a été avisé de ce que la commission ad hoc, à 12h30, est venue délaisser une convocation pour notifier à Khalifa Ababacar Sall qu’il devait être entendu à 17h. Dans ces conditions, le maire ne pouvait pas prendre cette convocation, parce qu’il devait déjà une autre sans indication du lieu d’audition. Nous étions là pour assister notre client, de 17h à 18h30, mais ils ne sont pas venus. La commission qui devait entendre Khalifa Sall, n’a même pas pris la peine de se déplacer pour venir faire son travail », a d’emblée déclaré Me El Mamadou Ndiaye, membre du pool d’avocats du maire Khalifa Ababacar Sall.

« Nous tenons à ajouter, afin que nul n’en ignore : il est 18h, au moment où nous parlons, il nous est impossible de faire appel aux services d’un huissier de justice, mais nous sommes des avocats, donc des agents assermentés. Nous parlons sous la foi de notre serment, la commission ad hoc chargée de lever l’immunité parlementaire du député Khalifa Sall ne s’est pas présentée à la MAC de rebeuss », insiste Me Cheikh Khouraïchy Ba, lui aussi membre du conseil de défense du maire de Dakar.

 

(EnQuête)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Procès du maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall et Cie aujourd’hui
Procès du maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall et Cie aujourd’hui
Encore un départ au Parti Rewmi
Encore un départ au Parti Rewmi
Khalifa Sall : ses partisans engagent le combat final
Khalifa Sall : ses partisans engagent le combat final
Macky Sall sur le Dialogue national
Macky Sall sur le Dialogue national