Aliko Dangoté sera jugé ce 9 novembre pour faux et usage de faux, escroquerie, association de malfaiteurs…
Aliko Dangoté sera jugé ce 9 novembre pour faux et usage de faux, escroquerie, association de malfaiteurs…

Aliko Dangoté sera jugé ce 9 novembre pour faux et usage de faux, escroquerie, association de malfaiteurs…

Aliko Dangoté sera jugé ce 9 novembre pour faux et usage de faux, escroquerie, association de malfaiteurs…
Copyright © Senemedia.com


Libération révèle que c’est ce 9 novembre que l’homme le plus riche d’Afrique sera jugé devant le tribunal correctionnel de Dakar pour faux et usage de faux, escroquerie, association de malfaiteurs…

Dangoté et ses complices présumés risquent gros d’autant que, dans cette affaire qui les oppose aux héritiers de feu Kader Mbacké, des éléments attestent que ces derniers ont été illégalement spoliés des 10% que Kader Mbacké possédait dans le capital de la cimenterie.

Récemment, c’est le rapport ITIE qui révélait, en parlant de cimenterie de Dangoté, que les 10% étaient bel et bien détenus par les héritiers de feu Kader Mbacké qui ont par ailleurs déposé une plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges. Dans son réquisitoire, le parquet a demandé l’ouverture d’une information judiciaire contre X.

Il faut noter que la plainte qui sera plaidée le 9 novembre prochain a été déposée par les héritiers de feu Kader Mbacké à savoir Daba Diop (sa mère), Khady Mané (épouse), Fatou Binetou Bah (épouse) et son fils Serigne Cheikh Mbacké.

 

Association de malfaiteurs ?

La citation vise Alhadji Aliko Dangoté, président directeur général de Dangoté Industries Limited et président du conseil d’administration de Dangoté Cement Sénégal, mais aussi Roger Gold Smith, ancien administrateur et son remplaçan, Lucas Erik Haelterman mais aussi l’entreprise.

Selon la citation obtenue par Libération, les plaignants informent qu’entre feu Kader Mbacké et Aliko Dangoté, il a été convenu la création d’une filiale de la société Dangoté Industrie Limited au Sénégal.

Dangoté, suivant un acte sous seing privé en date du 4 février 2007, a donné procuration à feu Kader Mbacké aux fins de création de ladite société. C’est ainsi qu’à la date du 26 mars 2007, par devant le notaire Me Moussa Mbacké, il a été constitué la société dénommée Dangoté Industries Sénégal sous forme de société anonyme avec administration générale dont l’actionnariat est réparti entre Dangoté Industries Limited (90%) et feu Kader Mbacké (10%).

En vertu du procès-verbal des délibération de l’Assemblée générale constitutive du 26 mars 2007, feu Kader Mbacké avait été nommé administrateur de la société.

 

Me Moussa Mbacké témoin capital ?

C’est à ce titre que celui-ci avait initié toutes les démarches nécessaires et obtenu par décret numéro 2008-1431 du décembre 2008 pour el compte de la société Dangoté Industries Sénégal une concession minière de calcaires dans le forêt classée de Pout ERst et une concession minière d’argile et de latérite à Thicky, dans la région de Thiès.

Kader Mbacké a ainsi procédé à l’immatriculation au nom de la susdite desdites concessions comme en atteste la Conservation de la propriété foncière de Thiès. Il a aussi démarché et obtenu l’autorisation du ministère de l’Environnement.

Kader Mbacké, rappelé à Dieu le 10 septembre 2010, le 25 août 2011, le tribunal départemental de Dakar a rendu un jugement d’hérédité numéro 1759 le concernant.

Par ordonnance numéro 229 en date du 24 mars 2001, le tribunal départemental de Dakar a désigné Abdoulaye Diouf administrateur séquestre de la succession du défunt. Dangoté Industries Sénégal n’a initié aucune démarche afin d’impliquer les héritiers de feu Kader Mbacké dans la société en vertu des 10% de l’actionnariat qu’ils détiennent.

Pire, c’est au cours de l’inventaire des biens de feu Kader Mbacké en vue de leurs partages que ces actions sociales ont été identifiées. L’administrateur séquestre a ainsi adressé un courrier en date du 20 mars au Directeur général de Dangoté lui demandant des informations sur l’état de la société. Contre toute attente, le directeur général, à l’époque Roger Gold Smith, dans sa réponse en date du 2 avril et 23 juin 2014, a complètement nié l’existence des 10% en déclarant que « feu Kader Mbacké ne détient pas d’actions ni Dangoté Cement Sénégal ni dans le Dangoté Industries Sénégal ».

 

Coup de poignard sur le cercueil de feu Kader Mbacké

Plus grave encore, il s’est avéré qu’à la suite du décès de feu Kader Mbacké, ledit directeur général, de concert avec son président, a organisé une Assemblée générale extraordinaire en date du 2 mars 2012 pour changer la forme sociale de Dangoté qui est passé d’une société anonyme avec administrateur général à une société anonyme avec conseil d’administration.

Dans le même temps, il a été noté un changement de la dénomination de Dangoté Industries Sénégal qui est devenu Dangoté Cement Sénégal ainsi qu’une modification de statuts.

Il est ressorti de cette Assemblée générale en particulier ainsi que celles tenues antérieurement et postérieurement que Kader Mbacké a été complètement exclu de l’actionnariat de la société. Pire, les 10% qui reviennent à ces héritiers ont comme par magie disparu de tous les documents sociaux de Dangoté Industries Sénégal devenu Dangoté Industries Cement.

Dangoté Industries Limited, actionnaire à 90%, s’est finalement donnée de manière unilatérale et « fauduleuse », selon les plaignants, la qualité d’actionnaire unique en absorbant la totalité de l’actionnariat.

Face à cet acte frauduleux, les héritiers de feu Kader Mbacké avaient déposé plainte devant le doyen des juges. Dangoté et Smith, suite aux interpellations déterminées des conseils des héritiers et la vigilance de l’administrateur séquestre, ont fini de changer de fusil d’épaule en reconnaissant leurs délits, en reconnaissant que Kader Mbacjé était bien actionnaire comme écrit dans le courrier en date du 17 février 2017 portant signature de leur conseil et adressé à Me Ousmane Sèye et Mbaye Dieng, avocat des héritiers.

On apprend par ailleurs que Aliko Dangoté a récemment séjourné pendant 24 heures à Dakar. Pour on ne sait encore quelle raison, il a démantelé son service juridique en virant la directrice.

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Redressement fiscal : Les impôts réclament « plusieurs milliards de FCFA » à la Compagnie sucrière sénégalaise et à Dangoté Cement
Redressement fiscal : Les impôts réclament « plusieurs milliards de FCFA » à la Compagnie sucrière sénégalaise et à Dangoté Cement
Mbour : Saisie de pointes d’ivoire brut
Mbour : Saisie de pointes d’ivoire brut
Cybercriminalité : Extorsion de fonds, chantage de personnalités, association de malfaiteurs
Cybercriminalité : Extorsion de fonds, chantage de personnalités, association de malfaiteurs
Lueur d’espoir pour Cheikh Tidiane Gadio !
Lueur d’espoir pour Cheikh Tidiane Gadio !