Rachat de Tigo : mais de qui se moque encore Kabirou Mbodj ?
Le patriotisme de pacotille n'a pas suffisamment servi les intérêts du Pdg de Wari

Rachat de Tigo : mais de qui se moque encore Kabirou Mbodj ?

Kabirou Mbodj Pdg de Wari
Copyright © Senemedia.com


Après avoir annoncé de manière bruyante l’achat de Tigo du Groupe Millicom, sans même avoir obtenu l’aval des banques, et annoncé le montant de 80 milliards, Kabirou Mbodj est encore dans la manipulation, par presse interposée. En vérité, c’est le consortium Niji, Free, Axian via Sofima, naturellement conduit par Yérim Sow, l’homme que Monsieur Mbodj ne veut pas voir, qui vient de racheter Tigo, sous le nez et la barbe de M. Mbodj. Les autorités sénégalaises, qui y ont vu de plus clair, heureusement, ont reculé pour observer une position plus neutre. Et c’est mieux ainsi pour le Sénégal et les Sénégalais.

 

Déjà objet de plainte de ses anciens associés, écartés de la gestion d’une société dont les premiers financements ont été assurés par un mécène français, lui-même écarté, alors qu’il est sous le coup d’une plainte pour viol, Kabirou Mbodj ne méritait certainement pas de reprendre une société dans un secteur aussi stratégique. Tout le débat sur le nationalisme sénégalais avancé en guise de soutien à notre entrepreneur est insensé, puisque Kabirou Mbodj, pour ceux qui ne le savent pas, après avoir pris le contrôle de Wari, a déplacé son siège à Lomé, où il s’est déclaré comme citoyen français. Pour pouvoir rapatrier les ressources générées par Wari directement en France ? Cela veut dire que de fait, la société paie ses impôts au Togo et non au Sénégal, Kabirou déclare ses revenus en France et non au Sénégal. Pour ce qui est des emplois annoncés, voyez par vous-mêmes. Ce sont des boutiques et des magasins agrées qui sont comptabilisés comme des emplois créés par Wari. Alors que ces personnes s’employaient déjà, dans la majorité des cas.


Que reste-t-il donc de ce patriotisme brandi par le Premier ministre Mohamed Dionne, pour justifier un soutien à cet homme d’affaires si singulier ? La nouvelle incongruité dans ce nouveau montage, c’est que Kabirou Mbodj est venu avec Wari Sa et Wari Luxembourg Sa. Pourquoi tant d’artifices et pourquoi une seconde société du même nom nichée dans un paradis fiscal ?


Abdoulaye FALL

 







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Echanges commerciaux : La barre fixée à 400 millions de dollars
Echanges commerciaux : La barre fixée à 400 millions de dollars
Le PUDC séduit les banques et l’Elysée
Le PUDC séduit les banques et l’Elysée
Porokhane : Mise en service d’un forage multi-village
Porokhane : Mise en service d’un forage multi-village
Polémique sur la dette du Sénégal
Polémique sur la dette du Sénégal