Retrait de la Bnde : l'Etat lui propose 5 milliards, Yerim Sow réclame le double
Appelé au retrait pour non respect de ses engagements, l'homme d'affaires réclame 12 milliards pour se retirer.

Retrait de la Bnde : l

Appelé au retrait pour non respect de ses engagements, l'homme d'affaires réclame 12 milliards pour se retirer.
Copyright © Senemedia.com


Lancée en 2014 pour servir de rampe pour le développement de l’économie sénégalaise, la Banque nationale de développement économique (Bnde) a connu des blocages sans précédents. Et le nœud du problème, d’après plusieurs sources, c’est Yérim Sow, PDG du Holding Teylium et détenteur de 32% du capital de la banque. Ayant eu vent de la situation, le président de la République a décidé de siffler la fin de la récréation. Selon des sources officielles, le chef de l’Etat a demandé l’éviction du PDG du holding Teylium du capital de la Bnde. C’est que le golden boy sénégalais constituait une véritable chape de plomb dans ce qui devait être en fleuron de l’économie, version Macky Sall. Nonobstant son opposition presque systématique de financer la campagne agricole, il mettait les bâtons dans les roues du Dg Thierno Seydou Nourou Sy, brillant banquier, (le seul que Abdoul Mbaye alors Premier ministre avait désigné pour diriger la Bnde), dont il réclamait d’ailleurs la tête. Qui plus est, Yérim Sow refusait que la banque accompagne le textile ou les huiliers.

Autant de griefs qui ont fini par convaincre le chef de l’Etat que le ver est dans le fruit qu’il fallait l’extirper. D’après Confidentiel Afrique, des discussions sont engagées entre les deux parties et l’Etat du Sénégal propose un ticket de sortie de cinq milliards. Une somme que celui qui veut reprendre Tigo juge dérisoire. Boulimique, il réclame 12 milliards pour les 32% qu’il a acquis pourtant à « un vil prix » lors de la capitalisation de la Banque à l’aube de la deuxième alternance.

Pour la petite histoire, dans la recapitalisation de la Bnde, l’Etat lui avait offert 32% contre 3 milliards. A l’époque, Yérim Sow avait troqué quatre niveaux de son immeuble, situé en face de l’Assemblée nationale et qui sert de siège de la Banque, à raison de 2,7 milliards Fcfa. Il ne s’était acquitté que de 300 millions en espèce pour s’adjuger les 32% du capital. Puis, l’Etat qui avait pris les 34% d’actions, avait ainsi élargi la palette en cédant le reste aux privés nationaux (Axa, Ipres, Caisse de sécurité sociale, Nma et Sedima) et à la Boad. Même avec le ticket de cinq milliards, il gagne au change avec un bénéfice net de deux milliards. Mais avec son obstination à obtenir plus, l’Etat debvrait bien le surveiller sur son envie frénétique de doubler Kabirou Mbodji et de s’adjuger Tigo, même si certaines informations indiquent qu’il ne disposera que de 20% du capital.

 







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

MITSUHIRO FURUSAWA, DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DU FMI, SUR LA SITUATION DU SENEGAL
MITSUHIRO FURUSAWA, DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DU FMI, SUR LA SITUATION DU SENEGAL
Echanges commerciaux : La barre fixée à 400 millions de dollars
Echanges commerciaux : La barre fixée à 400 millions de dollars
Le PUDC séduit les banques et l’Elysée
Le PUDC séduit les banques et l’Elysée
Porokhane : Mise en service d’un forage multi-village
Porokhane : Mise en service d’un forage multi-village