Me Moussa Diop : « Wade n’est venu que pour une majorité pour amnistier son fils »
De l'avis de l'avocat, l'ancien Président n'est mu que par la volonté d'amnistier son fils.

Me Moussa Diop : « Wade n’est venu que pour une majorité  pour amnistier son fils »

De l'avis de l'avocat, l'ancien Président n'est mu que par la volonté d'amnistier son fils.
Copyright © Senemedia.com


« C’est ridicule, à la limite, inélégant ». Le leader générationnelle (AG/Jotna) a ainsi qualifié le retour de l’ancien Chef de l’Etat du Sénégal.

Me Abdoulaye Wade comme tête de liste de la coalition Manko Wattu Senegaal, premier Président ayant perdu des élections et revenu pour un poste de député est, dit-il une grande première.

« Il a cette habitude de venir sauver le Parti démocratique sénégalais aux abois. Seulement, il ne faut pas chercher la raison très loin, l’ancien Chef de l’Etat n’est là que pour trouver une majorité et amnistier son fils (Karim Wade). Heureusement que les Sénégalais ne sont pas dupes. Il ne faut pas confondre ces enfants et jeunes qui avaient la nostalgie de leur papy national et ceux qui vont aller voter pour lui », a tempéré Me Moussa Diop.

Le Directeur général de Dakar Dem Dikk atteste que qu’on parle de campagne déguisée en oubliant que Me Wade voulait même mettre sa photo, alors qu’il était Président, sur la liste de sa coalition. Encore que, explique Me Moussa Diop, « il n’existe pas un texte qui stipule que les fonctions du Chef de l’Etat sont suspendues pendant les campagnes. Tout ce qui est interdit, c’est la propagande électorale déguisée, rien d’autre. Ces accusations émanent de personnes qui sentent la défaite. »

 

« Idrissa Seck peut continuer à aboyer… »

 

« L’opposition a fait preuve de manque de programme. Ils se limitent à dire qu’il faut une Assemblée de rupture. Pourtant, une grande partie de ceux-là qui le disent étaient de cette Assemblée. Cette rupture fait aussi l’objet d’une réforme du Chef de l’Etat qui a demandé à ce que 70% des députés qui étaient à la dernière législature soient remplacés ».

Il constate que la libération de Khalifa Sall est un point phare de leur campagne alors qu’il faut appréhender la situation sur l’angle de la loi. « S’il y avait possibilité de libérer Khalifa Sall sans caution, la justice l’aurait fait. En matière de détournement de deniers publics, soit vous cautionnez. Ce n’est pas une question politique mais de loi et de code pénal. »

S’agissant d’Idrissa Seck, le leader d’AG/Jotna affirme qu’il commence à écœurer les gens. « Voilà quelqu’un qui ne supporte pas celui qui était derrière lui au temps de Wade soit aujourd’hui le Chef de l’Etat. Quand on prétend être né pour devenir Président, alors qu’il est impliqué dans le protocole de Rebeuss, les surfacturations des chantiers de Thisè. Il n’a jamais fait ses preuves, en tant que Directeur de cabinet, en tant que Premier ministre. Me Wade disait que Macky Sall a fait sortir ses chantiers de terre. Aujourd’hui qu’il est Président, son bilan est du palpable. Entre ceux qui parlent et ceux qui travaillent, il y a un grand fossé. La caravane passe, il peut continuer à aboyer… »

 

Podor, l’absence des autres leaders de BBY

 

Sur un autre sillage, Me Moussa Diop est revenu sur le bilan d’étape de sa tournée à Podor. L’Alternative générationnelle, un parti politique affilié à Benno Bokk Yakaar, a suivi à la lettre les instructions données par le Chef de l’Etat. L’idée étant de lui redonner une majorité pour qu’il puisse poursuivre ses réalisations déjà entamées dans le cadre du Plan Sénégal Emergent.

« Nous sommes allés à Podor rendre visite aux populations pour leur redonner des raisons de voter Benno Bokk Yakaar. Dans le département, elles sont toujours derrière le Chef de l’Etat », explique le DG de Dakar Dem Dikk. Qui déplore cependant le fait que tous les leaders s’étaient donné rendez-vous au stade de Podor pour répondre présents pendant le passage de leur tête de liste nationale, sans poursuivre cette dynamique commune.

« Seulement, révèle-t-il, il a fallu que le Premier ministre continue sa tournée pour que tout le monde rentre à Dakar pour vaquer à ses préoccupations. Nous sommes les seuls à effectuer des tournées et caravanes et sommes bien accueillis par la population. Je crois tout de même que tout le monde doit mouiller le maillot », note-il. D’autant que « la mairesse de Podor ne fait que s’opposer pour des intérêts personnels. Sur sa liste, Aïssata Tall Sall est la tête, en deuxième position, son beau-frère et en troisième une amie de sa sœur. Voilà quelqu’un qui se sent rejetée par les Podorois et qui veut se contenter d’un plus fort reste pour être député et lâcher ainsi, encore une fois les siens. »

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Libération du député-maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall
Libération du député-maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall
Macky Sall sur le Dialogue national
Macky Sall sur le Dialogue national
Audition du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall à Rebeuss
Audition du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall à Rebeuss
Présidentielle 2019 : Tivaouane assure un deuxième mandat à Macky Sall
Présidentielle 2019 : Tivaouane assure un deuxième mandat à Macky Sall