Abdoulaye Wade : de l'obsession à vouloir faire de Karim Wade un Président
L'ancien Président ne rate jamais l'occasion de vanter les mérites de son fils Karim

Abdoulaye Wade : de l

L'ancien Président ne rate jamais l'occasion de vanter les mérites de son fils Karim
Copyright © Senemedia.com


Avant même que d’arriver à Dakar, Abdoulaye Wade a annoncé la couleur, en dénonçant les conditions dans lesquelles son fils Karim Wade aurait quitté Dakar, Macky Sall ayant selon lui supplié l’Emir du Qatar de le débarrasser de son prisonnier « encombrant ». La réaction du Palais de la République, menaçant de publier la lettre de l’Emir, a sans doute douché l’ardeur de l’ancien Président, qui voulait ainsi placer son fils au cœur du débat sur la présidentielle.
Hier encore à Touba, Abdoulaye Wade a jugé opportun de revenir sur son fils, cette fois-ci sur les conditions dans lesquelles il a hérité de son parti le Pds, pour en devenir le candidat à la Présidentielle. « Concernant mon fils, Karim, ce n’est pas moi qui l’ai choisi. Ce sont plutôt ceux du Parti démocratique sénégalais (Pds) », a déclaré Abdoulaye Wade.
Mais ce qui paraît le plus gênant, c’est qu’Abdoulaye Wade vend sa présidence à la communauté Mouride, en le présentant comme ayant été éduqué dans la tradition Mouride. « Sachez que j’ai éduqué Karim Wade dans la foi et la voie du «Mouridisme ». Et, je crois que tout ce que je veux pour cette confrérie, lui, le sait et est bien capable de suivre mes pas, notamment de faire tout ce qu’on peut attendre de lui ».
La consigne est donc claire, j’ai été à votre service et Karim Wade pourra l’être.
Cette commercialisation de son produit maison ne convainc personne. La ferveur de Karim Wade pour le mouridisme est bien récente et date des années pendant lesquelles son père a voulu l’imposer à sa succession. C’est à ce moment que l’on a commencé à découvrir le Karim Wade en boubou et le Karim Wade enturbanné. Comment donc Wade veut-il convaincre les Mourides que son fils, qui a fait l’école Primaire des les Pères Maristes, puis à Jean Mermoz, pour ensuite aller faire son lycée à l’internat chez les Pères jésuites jusqu’au bac, qui n’a jamais été à l’école coranique, a été éduqué dans la tradition Mouride ?


La question n’est pas là, la foi ne se discute pas. Mais c’est le procédé qui est vilain, irrespectueux des sénégalais. Abdoulaye Wade ne peut pas continuer à nous vendre son fils comme de la marchandise, en vantant ses qualités contre celles des autres. A force de vanter ses mérites, il finit par en faire oublier ceux qui lui sont propres et qu'il faudrait reconnaître. Karim Wade a certainement de l'intelligence et sans doute du mérite. Pourquoi donc le ressasser à longueur de journée dans l'oreille des Sénégalais ? S’il était le génie qui nous est tant vanté, ne serait sans doute pas où il est. Et s’il avait le courage et la bravoure que lui prête son père, il n’aurait pas négocié sa liberté contre un départ du pays en catimini pour un exil, quoique doré. Il est honteux qu’à son âge, au moment où il doit se positionner en patriarche et en sage, Wade père se laisse aller à des propos aussi gênants qu’incompréhensibles. Abdoulaye Wade s’est imposé à nous, non sans quelque mérite. Mais vouloir nous imposer son fils par tous les moyens est une double insulte qu’il nous fait. A notre présent et à notre passé récent. Et il auderait Karim Wade en le laissant se battre tout seul, comme lui l'a fait.

 

Abdoulaye FALL







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Ld : Nicolas Ndiaye pris entre le bâton et la carotte
Ld : Nicolas Ndiaye pris entre le bâton et la carotte
Pourquoi Khalifa Sall fait-il tout pour ne pas être jugé ?
Pourquoi Khalifa Sall fait-il tout pour ne pas être jugé ?
Arrêt de la Cour suprême : Khalifa Sall reste en prison
Arrêt de la Cour suprême : Khalifa Sall reste en prison
Benno Ak Tanor déçue de n’avoir eu que deux ministres
Benno Ak Tanor déçue de n’avoir eu que deux ministres