Libération de Karim Wade : ce que contient vraiment la lettre de l'Emir du Qatar
Senemedia vous donne en exclusivité la teneur de la lettre de l'Emir à Macky Sall

Libération de Karim Wade : ce que contient vraiment la lettre de l

Senemedia vous donne en exclusivité la teneur de la lettre de l'Emir à Macky Sall
Copyright © Senemedia.com


Le chargé de la communication du Palais de la République, Cheikh Hamidou Kassé, a menacé de publier dans la presse la lettre que l’Emir du Qatar a adressée au Président Macky Sall, demandant au Chef de l’Etat d’accorder la grâce au prisonnier Karim Wade. C'est suite à la déclaration du Président Abdoulaye Wade, parlant d'exfiltration de son fils et de son expulsion du territoire sénégalais. SENEMEDIA est en mesure de dire que les médiations menées par l’Emir du Qatar datent des premières heures de l’emprisonnement de Karim Wade, précisément, à l’occasion des premières visites du Président Macky Sall au Qatar, médiation facilitée par leur ami commun Richard Attias.
Le Qatar s’était engagé à soutenir le Sénégal dans l’organisation du Sommet de la Francophonie. Mais son jeune Emir, francophone sans accent, qui venait de prendre le pouvoir suite à l’abdication de son père, a posé le cas de son ami Karim Wade et cette sollicitation n’avait pas déplu à son ami Attias, qui avait bien profité du budget communication de l’Anoci lors du Sommet de l’Oci. Toujours est-il que le Président Sall se montrera ferme, estimant qu’en aucune façon, il ne pouvait entraver la marche de la Justice de son pays et que si une décision devait intervenir, elle ne pouvait l’être qu’après épuisement de toute la procédure devant mener à un jugement.

Après la condamnation de Karim Wade, Tamim Ben Hamad poursuivra ses actions visant la libération de Karim Wade. D’autres bonnes volontés ont agi directement ou indirectement, venant directement de l’entourage du Président Wade, notamment lors de la visite du Président Sall au sommet de Paris sur le climat. Prié par ses conseiller de faire un geste à l’endroit de son prédécesseur, le Président Sall  l’a appelé, pour prendre de ses nouvelles. C’est à cette occasion qu’interrogé par la télévision française, le Président Sall a annoncé que la libération de Karim Wade était en effet envisageable dans le courant de l’année. Avant lui, des proches comme Souleymane Jules Diop, connu pour être un conseiller écouté du Président Sall, ont donné la voie, en déclarant dans les médias que le Président Sall pouvait bien accorder la grâce à Karim Wade. A ce moment précis, aucune date n’était retenue pour la libération de Karim Wade, qui était prévue pour intervenir vers la fin de l’année 2016. Les conditions de libération de Karim Wade ont été entre temps allégées, et c’est ainsi qu’il a pu se rendre par deux fois chez son dentiste et a pu rencontrer ses enfants à sa demande, hors de la prison de Rebeuss.

 

Contrairement à ses déclarations dans la presse, c’est donc Abdoulaye Wade qui s’est rendu à deux reprises au Qatar, pour demander à l’Emir une intervention pour son fils. Mais ses déclarations à Dakar ont failli tout gâcher. Alors que Karim Wade avait exprimé à son avocat Seydou Diagne son accord pour accepter une grâce, Abdoulaye Wade continuera ses déclarations enflammées dans la presse, allant jusqu’à accuser les parents du Président Sall d’anthropophagie. Son épouse Viviane a été tellement écoeurée qu’elle a pris l’avion dès le lendemain pour rentrer à Versailles. Et Karim Wade, de la prison, sommera Abdoulaye Wade de cesser toute déclaration concernant son affaire.

 

Tout a pris une tournure rapide quand, au début du Ramadan 2016, l’Emir du Qatar adresse une lettre au Président Sall : « Je ne peux pas continuer à être sourd aux demandes répétées de l’ancien Président Abdoulaye Wade, qui n’arrête pas de me demander d’intervenir auprès de vous en faveur de son fils, pour son élargissement. Il s’agit d’une mesure humanitaire qu’il sollicite, vu son âge et qu’il s’agit de son fils aîné qui a des enfants à bas âge. Je vous demande, en tant que musulman, d’agir selon les pouvoirs que vous confèrent la Constitution de votre pays, pour des raisons humanitaires.
Selon des sources dignes de foi, la lettre de l’Emir a ému le Président Sall, qui l’a lu lors d’une réunion du Conseil des ministres. Mais l’Emir ne s’arrêtera pas là. Il va dépêcher à Dakar le Procureur de la République, qui, lui, viendra non seulement insister à Dakar sur le caractère humanitaire de cette demande, mais donnera l’assurance que Karim Wade ne pourra pas utiliser son pays pour se livrer à des actes de déstabilisation du régime. Le Qatar a surtout indiqué que Karim Wade disposait déjà dans ce pays d’une résidence et d’un personnel domestique. Ce n’est que tard dans la nuit du 23 juin 2016. Ironiquement, le jour anniversaire où son père a voulu en faire son héritier à travers une réforme constitutionnelle, que Karim Wade a été autorisé à quitter la prison de Rebeuss. En raison des lenteurs dans la procédure de fabrication de son passeport, la libération n’est intervenue officiellement que le 24 juin 2016. Le colis avait déjà quitté le territoire sénégalais.

 

Abdoulaye FALL

 

 







Commentaires (1)

1.
Marc ABD ALI
il ya 2 semaines
Un deal existe et un systeme de kefala est sur la tete de Karim. Voila la realite non dite. Karim ne peit sortir du Qatar. De la prispn de Rebeuss , il est dans une prison royale.
Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Pape Samba Mboup vers des déballages qui risquent de faire mal à Wade
Pape Samba Mboup vers des déballages qui risquent de faire mal à Wade
Avis du Conseil constitutionnel : plus de 700 000 électeurs repêchés
Avis du Conseil constitutionnel : plus de 700 000 électeurs repêchés
Age, santé, pouvoir : mais pourquoi Abdoulaye Wade se prévaut-il d'une telle arrogance ?
Age, santé, pouvoir : mais pourquoi Abdoulaye Wade se prévaut-il d
Cité Claudel : une étudiante tombe du 4ème étage et meurt
Cité Claudel : une étudiante tombe du 4ème étage et meurt