Reconversion après le football : génération 2002, génération perdue ?
Les sportifs qui ont connu une brillante carrière en 2002 on peu réussi leur reconversion.

Reconversion après le football : génération 2002, génération perdue ?

Le footballeur El Hadj Diouf et son épouse Valérie
Copyright © Senemedia.com


Après la carrière footballistique, quelle vie pour les footballeurs peu préparés à la vie réelle, loin des stades, des projecteurs, devant faire face à une vie plus longue que la carrière étincelante et le court succès qu'ils ont connu ? Peu parmi nos Lions de la génération 2002, si brillante, quart de finaliste au Mondial, ont connu une réconversion heureuse, tant ils ont été arnaqués, bernés, parfois trompés, s'ils n'ont pas claqué leurs économies en voulant maintenir leur vie d'avant. Un constat sur lequel EnQuête et Senemedia reviennent dans parution de ce samedi.

L’exemple typique est celui de Joachim Fernandez. Le natif de Ziguinchor était « un très bon footballeur sénégalais. Défenseur ou milieu défensif », écrit le journal. Malheureusement, sa reconversion n’a pas été rose comme sa carrière.

« C’était un 19 janvier 2016. Dans un hangar désaffecté de la cité de Domont à Paris gît le corps sans vie d’un homme », écrit EnQuête. Lui, c’était M. Fernandez, ancien footballeur. Pourtant, il a eu à côtoyer des joueurs comme Zidane au Girondins de Bordeaux (Ligue 1 française).

Il rejoindra à cette époque le grand, Milan Ac. Malheureusement, « son talent va prendre froid dans la grisaille lombarde ». Son défaut c’est que selon le journal, Joachim a la main sur le cœur et le goût de la luxure. Et, d’après un de ses anciens coéquipiers à Yeggo (Sénégal), « il ne s’était pas projeté dans l’après-carrière ».

Selon un agent de joueurs interrogé par le quotidien, il fait savoir sans citer de noms que beaucoup parmi les Lions de 2002 sont ruinés. C’est dire qu’au moment où on se frotte avec les grosses sommes d’argent, penser à son avenir est aussi une excellente chose.

Mais pour Pape Oumar Bâ, Manager Sportif, le problème vient de la société elle-même. « On a tendance à essayer de profiter du sportif plutôt que de l’aider », dit-il. Voilà entres autres un handicap à la reconversion de nos footballeurs.

 

Parmi la génération qui est allée au Mondial 2002, trois ont réussi à rester dans leur domaine, comme reporter sportif ou comme entraîner. Il s'agit d'Aliou Cissé, entraîneur des Lions du Sénégal, qui a eu le temps de suivre une formation diplômante pour convoiter la direction football de son pays. Kalidou Fadiga et Habib Bèye sont des commentateurs sportifs respectés pour leurs analyses justes. Mais il s'agit aussi chez ces deux, d'une discipline. Ailleurs, leurs anciens co-équipiers de l'équipe nationale se font entendre dans des histoires d'arnaque. Lamine Diatta, dans une affaire de véhicule acheté au prix fort, tombé en panne. Tony Mario Sylva, dans une histoire d'arnaque dans le domaine de l'immobilier. 


Des autres viennent des échos pas rassurants, sur une vie difficile, ou même un début de galère, pour des hommes qui ont connu un grand succès, avec des transferts records. Bien souvent, c'est qu'au lieu d'investir, ils ont préféré écumer les boîtes de nuit, avec des bandes d'amis qui les fuient aujourd'ui comme la peste. El Hadji Diouf, rentré à Dakar, a-t-il gardé la même bande d'amis qu'hier ?

 

Ben M. NDIAYE







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Le Sénégal bat le Cap Vert et prend la tête de son groupe
Le Sénégal bat le Cap Vert et prend la tête de son groupe
C'est l'histoire du jour : le vétéran Abdoulaye Sané s'effondre en plein match de foot
C
Non, cette équipe n'arrive pas celle de 2002 à la cheville
Non, cette équipe n
(Vidéo) Floyd Mayweather bat Mc Gregor : regardez le KO
(Vidéo) Floyd Mayweather bat Mc Gregor : regardez le KO