Exclusion de Mboup et Farba Senghor : le choix illogique et insensé de Wade
La mesure d'exclusion de Farba Senghor et Pape Samba Mboup est illégale et insensée.

Exclusion de Mboup et Farba Senghor : le choix illogique et insensé de Wade

Abdoulaye Wade Secrétaire général du Pds
Copyright © Senemedia.com


Le moins que l’on puisse dire est que la décision prise hier d’exclure Pape Samba Mboup et Farba Senghor est non seulement illégale par le procédé, si l’on s’en tient aux textes qui régissent le Parti démocratique sénégalais, mais aussi injuste par sa nature sélective. Il est en effet clairement indiqué dans le règlement intérieur du Pds qu’en aucune façon, le parti ne peut juger, exclure un de ses membres sans l’avoir entendu au préalable et lui avoir donné la chance de s’expliquer. Ce préalable n’a pas été respecté lors de la rencontre du Secrétariat national de lundi, qui devait en réalité être précédée d’une réunion du Comité directeur, instance qui propose la décision, entend les accusés avant de faire prendre la décision d’exclusion au Secrétariat national réuni aux deux tiers de ses membres.

 

 

Ensuite, tout le monde a entendu d’autres membres de ce secrétariat porter de vives critiques sur la marche de leur parti, sa gestion jugée partisane par Oumar Sarr. Il s’agit avant tout d’une question de démocratie interne. Abdoulaye Wade a d’ailleurs toujours livré ses numéros deux à la vindicte de ses proches collaborateurs. Fara Ndiaye, Serigne Diop, Ousmane Ngom, Idrissa Seck, Macky Sall en ont été les victimes bien avant Oumar Sarr. Mais celle qui a été la plus virulente contre son parti ces derniers jours et qui a même annoncé sa décision de partir aux élections sous sa propre bannière aux prochaines élections est Aida Mbodj. Celle-là même qui a offert une tribune à Pape Samba Mboup et Farba Senghor, les exclus d’hier. Elle a boycotté la rencontre d’hier, pour marquer sa désapprobation. Selon des personnes ayant pris part à la rencontre, d’autres membres du Secrétariat national du Pds ont refusé de voter la décision d’exclusion. C’est sans doute parce que Wade connaît les conséquences que pourrait entraîner l’exclusion d’Aida Mbodj, notamment dans le bastion mouride de son parti, qu’il a reculé. Mais s’il veut rester cohérent avec lui-même, il devra convoquer plusieurs autres réunions pour exclure des dissidents qui se feront entendre, parce qu’ils ne seront pas d’accord avec Oumar Sarr. A l’évidence, une forte majorité du Pds ne comprend pas et n’accepte pas le management d’Oumar Sarr.


Derrière les décisions de Wade se cache encore son fils Karim, à la base de ces manœuvres suicidaires pour tout le Pds. L’année dernière, dans les mêmes conditions, sur la base de soupçons de collision avec l’ennemi, Wade avait fait exclure Modou Diagne Fada, pour désigner Aida Mbodj comme son remplaçant à la tête du Groupe parlementaire de sa coalition à l’Assemblée nationale. A l'évidence, et au vu de l’évolution des choses, ces accusations étaient infondées ou n’avaient pas l’importance qu’on leur prêtait à l’époque. A ce rythme, il ne restera bientôt personne dans le Pds, quand Karim Wade arrivera pour prendre la place d’Oumar Sarr et il se retrouvera esseulé, au milieu d’un parti en ruines. Modou Diagne Fada, Pape Samba Mboup et Farba Senghor représentent, chacun par son parcours personnel, une part de l'histoire du Pds. Les excluses ne devait pas être une décision à prendre avec désinvolture, depuis un selon de Dubaï ou de Versailles, loin de la réalité dakaroise, bien plus complexe.

 

Latyr NDIAYE







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Idrissa Seck, tel qu’en lui-même, dans toute sa « maléficence » !
Idrissa Seck, tel qu’en lui-même, dans toute sa « maléficence » !
 NOTE DE LA REDACTION
 NOTE DE LA REDACTION
Pléthore de listes : l’inconséquence de Gadio
Pléthore de listes : l’inconséquence de Gadio
Guédiawaye, le changement est possible
Guédiawaye, le changement est possible