Quelles solutions face à la recrudescence des accidents de la circulation ?
Depuis quelques moments on assiste à une augmentation des accidents de la circulation et les cas constatés sont nombreux.

Quelles solutions face à la recrudescence des accidents de la circulation ?

Depuis quelques moments on assiste à une augmentation des accidents de la circulation et les cas constatés sont nombreux.
Copyright © Senemedia.com


 Le dernier en date est celui survenu sur la route de St Louis-Richald Toll, causant 19 morts (collision entre un  camion citerne transportant du carburant et un minicar).

Chaque jour que Dieu fait, nous constatons ce fléau sur nos routes et la question lancinante qui se pose est la suivante : que faire pour arrêter cette hémorragie ?

A notre humble avis, en analysant la situation froidement de très près, ces accidents sont souvent causés par deux phénomènes : le parc de véhicule vétuste qui opère sur le transport interurbain et le comportement inacceptable des chauffeurs qui ne respectent pas des fois les règles élémentaires du code de la route.

Le parc de véhicule de transport interurbain est composé de taxis 07 places appelés communément 504, des minicars, des Ndiaga Ndiaye, des bus…

Le constat macabre est que ces véhicules sont vétustes et ont un âge plus avancé que les chauffeurs qui les conduisent.

L’on se demande même parfois par où ils sont passés pour avoir la visite technique et, si on veut vraiment aller vers un système de transport de masse performant alliant confort, sécurité et régularité comme dans les autres pays de la sous-région (Mali, Bourkina, Code d’ivoire…) . Il faut que l’Etat siffle la fin de la récréation pour le bénéfice des usagers et l’accroissement des recettes des opérateurs de transport.

Le tableau est tellement sombre que c’est comme si les transporteurs sont laissés à eux-mêmes.

Pourtant non, car le gouvernement continue de faire des efforts dans le secteur des transports : la création d’un centre de visite technique à Dakar, de gros investissements sur les infrastructures par la création ou la réhabilitation des routes avec les services compétents (l’Ageroute) ou avec les partenaires comme Eiffage (Autoroute à péage…).

Mieux, l’Etat du Sénégal sous le règne du président Macky Sall a inscrit les infrastructures comme un des piliers du Plan Sénégal Emergent (PSE)  base de tout développement socio-économique d’un pays permettant la libre circulation des biens et des personnes.

Ces efforts de l’Etat doivent être consolidés et pérennisés dans le cours et moyen terme pour réduire de façon drastique les accidents de la circulation.

En tant que formateur et consultant en économie des transports depuis une dizaine d’années, nous avons jugé nécessaire de faire une contribution dans ce sens. 

Dans le cours et moyen terme, nous pensons que les mesures du dernier conseil interministériel sur le transport doivent être appliquées et celles déclinées par le tout nouveau Directeur des Transports Routiers (Cheikhou Omar Gaye) allant dans le sens du renforcement du contrôle routier sur les véhicules du transport urbain et surtout interurbain et l’application des sanctions sans commune mesure en cas d’infraction.

A long terme, dans un premier point, il faudra renouveler le parc de véhicules de transport interurbain à l’image de l’urbain à Dakar et dans certaines communes du avec les minibus tata.

Dans ce sens,  des études ont été faites depuis 2012 pour voir l’état du parc au niveau des gares routières interurbaines et le type de véhicules adéquat pour le renouvellement et des propositions pertinentes ont été faites[1].

Dans un second point, Il faudra aussi renforcer les capacités des chauffeurs de transport interurbain en matière de conduite et de sécurité routière avant d’aller vers la mesure des permis à points. Nous insistons sur ce dernier point car pour nous, la formation et le renforcement des capacités  des chauffeurs de transports interurbains de voyageurs est la condition sine qua non pour corriger les comportements inacceptables de certains chauffeurs sur nos routes pour réduire ainsi toutes choses étant égales par ailleurs les accidents de la circulation.

 

Ousseynou DIONE

Expert en économie des transports 

Mobility Manager du CIEM-Belgique

Contact : 779478654 / Courriel : ouzindione@yahoo.fr







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Déclaration Tamxarit : Serigne Modou Kara a-t-il été compris ?
Déclaration Tamxarit : Serigne Modou Kara a-t-il été compris ?
Idrissa Seck, tel qu’en lui-même, dans toute sa « maléficence » !
Idrissa Seck, tel qu’en lui-même, dans toute sa « maléficence » !
 NOTE DE LA REDACTION
 NOTE DE LA REDACTION
Pléthore de listes : l’inconséquence de Gadio
Pléthore de listes : l’inconséquence de Gadio