Coup d'Etat au Mali : les 3 personnes à l'origine de la nouvelle crise
Coup d'Etat au Mali : les 3 personnes à l'origine de la nouvelle crise

Coup d

Coup d'Etat au Mali : les 3 personnes à l'origine de la nouvelle crise
Copyright © Senemedia.com


Même si l'imam Mouhamed Dicko et les membres du Mouvement du M5-Rfp se sont distingués à travers de grandes manifestations populaires dans les rues de Bamako, depuis quelques semaines, les noms de 3 militaires sont, depuis la journée du mardi 18 août, sur toutes les lèvres. Leur mutinerie a abouti à la démission forcée du président Ibrahim Boubacar Keita. Zoom sur les trois figures du dernier coup d’Etat au Mali.
 
Parmi les soldats constituant le cerveau du putsch d’hier, il y a le colonel Malick Diaw.

D’après la chaîne anglaise Bbc, il est le chef adjoint du camp de Kati où la mutinerie a commencé. Il y a très peu d'informations sur lui, à part des rapports indiquant qu’il est récemment revenu d’un entraînement en Russie. Il était aux côtés du chef d’Etat-major adjoint de l’armée de l’air, le colonel-major Ismaël Wagué, qui a lu, mercredi, une déclaration au nom de la junte, pour annoncer la prise de pouvoir militaire.
 
 
 
«Le colonel Diaw serait le chef de la mutinerie au camp de Kati, situé à 15 km de Bamako. Il aurait demandé au président de la République de quitter le pouvoir avant 14 h 00 Gmt», selon un tweet à son sujet.
 
L’autre cerveau, ajoute la Bbc, est le colonel Sadio Camara. Ce dernier est un ancien directeur de l’Académie militaire de Kati.

Le site web Mali Tribune rapporte qu’il est né en 1979 à Kati, dans la région de Koulikoro, au sud du Mali. Il est diplômé de l’Académie militaire de Koulikoro (Emia) avec mention «Très bien». Il a ensuite été déployé dans le nord du Mali où il a servi sous les ordres du général El Hadj Gamou jusqu’en 2012.
 
Le colonel Camara est ensuite devenu le directeur de l’Académie militaire de Kati, un poste qu’il a occupé jusqu’en janvier 2020, date à laquelle il est parti en Russie pour suivre une formation militaire.
 
Mali Tribune indique qu’il était retourné à Bamako, au début du mois, pour prendre son congé d’un mois.
 
«Le Col Camara était apprécié partout où il travaillait et il est respecté et adoré par tous ses subordonnés. Pour eux, il représente la droiture, le sérieux et la détermination», écrivent nos confrères maliens.
 
La troisième figure, c’est le général Cheick Fanta Mady Dembelé, Directeur général de l’Institution de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye.

 
Il a été promu au rang de général de brigade, en mai 2018, et a pris la direction de l’Institution de maintien de la paix en décembre 2018.
 
Avant sa nomination à l’institution, le général Dembelé était chargé de la gestion des conflits et de la planification stratégique à la Commission de paix et de sécurité de l’Union africaine basée à Addis-Abeba, en Éthiopie.
 
Diplômé de l’Ecole militaire de Saint-Cyr en France et de l’Ecole d’Etat-major général de Koulikoro au Mali, il est également titulaire d’une Licence en histoire de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
 
Le général Cheick Fanta Mady Dembelé est également titulaire d’une Maîtrise en génie civil et diplômé de l’université de l’Armée fédérale allemande à Munich.
 
 
A noter que les mutins ont affirmé, dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 août, vouloir mettre en place une «transition politique civile» devant conduire à des élections générales dans un «délai raisonnable».  
 
seneweb






Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Cheikh Tidiane Gadio n’est plus Depute
Cheikh Tidiane Gadio n’est plus Depute
Affaire Mansour Faye – Ousmane Sonko : Mame Mactar Guèye réagit
Affaire Mansour Faye – Ousmane Sonko : Mame Mactar Guèye réagit
Crise malienne : interrogations autour de la levée des sanctions par la Cédéao
Crise malienne : interrogations autour de la levée des sanctions par la Cédéao
Diass – Succession du défunt maire : bisbille entre l’Afp et le PS
Diass – Succession du défunt maire : bisbille entre l’Afp et le PS