Bernard Doza, Conseiller spécial de Blaise Compaoré, donneur de leçons ?
Dans aucun pays africain, cet Ivoirien ne se serait donné une telle liberté

Bernard Doza, Conseiller spécial de Blaise Compaoré, donneur de leçons ?

Dans aucun pays africain, cet Ivoirien ne se serait donné une telle liberté
Copyright © Senemedia.com


Un prétendu journaliste ivoirien, Bernard Doza, s’est illustré ces derniers jours par des accusations d’une rare gravité, portées contre notre Président de la République. Si bien évidemment de telles accusations suscitent l’émoi, la réprobation et pour certains opposants constitue un pain béni, c’est qu’elles sont portées contre l’autorité suprême d’un pays, musulman de surcroit, à la confrérie religieuse notoirement connue et revendiquée comme telle. Le fait n’est pas nouveau. Abdoulaye Wade avait été accusé d’appartenir à la franc-maçonnerie dès la fin de ses années d’études, et il a bien fallu que l’ancien Président de la République s’exprimât de nouveau sur la question, en précisant qu’il l’avait été pendant ses années de jeunesse, à Dijon notamment, mais que c’était juste « par curiosité intellectuelle ». Les accusations lui ont été à nouveau portées, quand il a décidé de donner le nom de Blaise Diagne, premier franc-maçon sénégalais connu, au nouvel aéroport international qu’il venait de mettre en chantier.

Comme si la question hantait notre espace public, Sidy Lamine Niasse, Président d’alors du Groupe Walfadjri a brandi les mêmes accusations contre Macky Sall, donnant pour seul élément à l’appui de son argumentaire, un livre qu’il aurait vu l’accusé tenir dans un avion !

 

Les « maçons », il en existe de toutes les obédiences, sur tous les continents, dans tous les pays et le Sénégal n’en fait pas exception. Ils ont des rites, des pratiques, se réunissent de manière périodique, dans le plus grand secret. Cela ne dérange pas. Et si la question suscite à la fois curiosité et indignation, c’est justement en raison de son caractère secret et de tout le mythe qui entoure la pratique de la franc-maçonnerie. Dans d’autres pays au débat politique plus avancé, les « frères », qui se cachaient parce qu’accusés de toutes les complicités, dans une Europe à peine sortie de l’épouvantail nazi, sortent de leurs cachots et commencent à ouvrir leurs salons à la lumière tamisée aux médias. Non, ils n’adorent pas un autre « Dieu » comme on le prétend. Non, ils ne s’abreuvent pas de sang humain avant de se livrer à leurs incantations mystiques. Bien au contraire, ils croient tous agir pour le bien de l’humanité et il se trouve parmi eux qui sont de pieux musulmans ou chrétiens.
Mais qui pour les croire ? Allez défendre cette idée dans une Assemblée religieuse, soit-elle musulmane ou chrétienne, et vous serez vous-même accusé de « franc-maçon se livrant à du prosélytisme ».

La difficulté avec une telle accusation, c’est qu’elle est imparable. Elle ne donne à son accusé aucune porte de sortie. La même chose qu’accuser une personne d’être un espion. Que peut-elle apporter de précis comme preuve de son innocence, sinon sa parole ? C’est ce qu’a fait Macky Sall, soutenu par tous les religieux, guides, comme l’influent Imam Mbaye Niang et d’autres, qui avaient catégoriquement démenti une telle accusation : Mais où le Président Macky Sall se cacherait-il avec ses frères ? Mais où aurait-il pu adhérer à une obédience, une loge, tenir ses rencontres secrètes, se livrer à ses rites et pratiques sans se laisser découvrir par d’autres « témoins » ?
Il doit donc revenir à ceux qui accusent de manière aussi vulgaire un homme né d’un père et d’une mère musulmans, d’apporter les preuves de leurs propos diffamatoires. Ils en sont incapables, puisqu’ils n’apportent en soutien à leurs accusations, que leurs certitudes. Il est clair et certain qu’aucun sénégalais n’oserait se rendre en terre ivoirienne pour proférer de telles accusations contre le Président de la République de Côte-d’Ivoire. Malgré les bonnes relations entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire, il ne rentrerait certainement pas à Dakar sans se faire entendre, sans que les preuves de ses accusations lui soient réclamées.
Macky Sall, blessé par de telles accusations, serait sans doute fondé à le faire. La démarche de ce prétendu journaliste ivoirien est prétentieuse, irrévérencieuse, discourtoise et surtout insultante pour notre pays. Les Sénégalais devraient être les premiers à s’en émouvoir et il est surprenant, désolant, de découvrir que cette sortie malheureuse fait le bonheur de quelques opposants, aveuglés par leur adversité viscérale. C’est malheureusement une institution de chez nous qui est insultée, ce n’est pas la personne de Macky Sall. Mais si le Président de la République, en droit d’exiger des preuves à ce journaliste pour se blanchir, venait à entreprendre des actions, toute cette masse de faux membres de la société civile s’égosillerait rageusement au nom de la liberté d’expression. Cette liberté autorise-t-elle à trouver un citoyen dans son pays pour le salir de manière si éhontée ? A l’évidence non. Bernard Doza ne se serait jamais donné une telle liberté ailleurs en Afrique. Mais il s’agit agir dans un pays où l’on peut s’offrir la complicité de Droits-de-l’hommistes peu scrupuleux, pour abuser de libertés qui, ailleurs, ne seraient pas restées impunies.


Pour le reste des accusations portées contre les Présidents africains soumis à la France, il serait bien de rappeler à Bernard Doza, qu'il a été le Conseiller spécial de Blaise Compaoré, un des pires dictateurs et un des bras armés de la France en Afrique. Et si cela ne suffisait pas, lui rappeler que l'homme qu'il conseillait est l'assassin du plus grand des panafricanistes, Thomas Sankara. Un tel homme peut-il s'ériger en donner de leçons sur le panafricanisme ?

 

Abdoulaye NDIAYE







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Etat et confréries, même combat contre les Salafistes ?
Etat et confréries, même combat contre les Salafistes ?
Marché Liberté 6: un incendie consume 8 cantines avant l'arrivée des sapeurs pompiers
Marché Liberté 6: un incendie consume 8 cantines avant l
Les explications de la Direction de Air Sénégal SA sur la supposée panne de l'Airbus A330 Neo
Les explications de la Direction de Air Sénégal SA sur la supposée panne de l
Wade compte ses nombreux « traîtres » : sont-ils vraiment coupables ?
Wade compte ses nombreux « traîtres » : sont-ils vraiment coupables ?