Aliou Sall après 10 heures d'audition à la DIC: "Je suis soulagé"
Aliou Sall après 10 heures d'audition à la DIC: "Je suis soulagé"

Aliou Sall après 10 heures d

Aliou Sall après 10 heures d'audition à la DIC: "Je suis soulagé"
Copyright © Senemedia.com


"Je suis ici depuis 09 heures 30 minutes, alors que j'étais convoqué à 10 heures ce matin". Ces mots sont du frère du Président, Aliou Sall, à sa sortie des locaux de la Brigade des affaires générales de la Division des investigations criminelles (Dic). Entouré de sa garde rapprochée et de ses quelques dizaines de militants qui scandent son nom, Aliou Sall a eu du mal a caché aux caméras son état de fatigue.
Il a même failli ne pas faire de déclaration, voulant prendre pour prétexte le boucan fait par les hommes et les femmes qui s'agitaient autour de lui et des journalistes avides de mot.

Finalement, l'homme cité dans le scandale de corruption présumée liée à la concession du pétrole et du gaz sénégalais, se décide à lâcher quelques phrases. Rien sur le contenu de son face-à-face avec les enquêteurs. Le maire a juste remercié ses militants et militantes qui ont passé la journée devant le palais de justice de Dakar qui abrite la Bag. "Je tiens à remercier les populations de Guédiawaye pour ce soutien qu'elles m'ont témoigné. Je suis venu ici à 09h 30 alors que j'étais convoqué à 10 heures. Je suis soulagé", a-t-il laissé entendre avant de repartir à bord de son véhicule.

C'est la plus longue audition depuis le début de cette enquête sur l'affaire Petro-Tim. Plus de 10 heures d'entretien avec les enquêteurs de la DIC.







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

La relation Maroc-France bat de l’aile
La relation Maroc-France bat de l’aile
Nomination à l’Anpej : l’ancien Consul Tamsir Faye réhabilité
Nomination à l’Anpej : l’ancien Consul Tamsir Faye réhabilité
Les syndicats des travailleurs de la SDE déposent un préavis un grève
Les syndicats des travailleurs de la SDE déposent un préavis un grève
Prisons du Sénégal: les chiffres de l'aberration
Prisons du Sénégal: les chiffres de l