Souleymane Jules Diop, une nomination méritée
Le Président de la République vient de nommer un homme au parcours singulier

Souleymane Jules Diop, une nomination méritée

Le Président de la République vient de nommer un homme au parcours singulier
Copyright © Senemedia.com


Le Président Macky Sall, en nommant Souleymane Jules Diop au poste d’ambassadeur à l’Unesco, récompense un parcours singulier, d’un homme, philosophe d’abord, auteur de nombreux essais, ouvrages de politique, mais surtout travailleur efficace et acharné. Souleymane Jules Diop a sans doute été dans les 8 années passées par Macky Sall à la tête du Sénégal, son meilleur Conseiller en communication, après avoir été le chroniqueur politique le plus lu, le plus écouté de l’histoire du Sénégal.

Mais l’homme a surtout laissé ses marques en tant que Secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’Extérieur. Contre l’avis de Mankeur Ndiaye, a lancé l’idée et matérialisé l’élection de députés des Sénégalais de l’Extérieur dans les différentes circonscriptions dans le monde. « C’était pour régler la question de leur représentation, c’était une de mes principales missions », a-t-il rappelé plus tard dans une entrevue télévisée. Il avait aussi réglé la question de la prise en charge médicale et du rapatriement des corps des sénégalais décédés à l’étranger grâce à un partenariat avec la Compagnie Allianz. Pour un montant modique de 18 euros, le corps est accompagné jusqu’à Dakar. Mais ce projet, avec lequel il voulait finir, a été bloqué par le ministre des Affaires étrangères de l’époque. Les dissensions entre les deux hommes finiront par éclater au grand jour, et causer son départ.
Macky Sall finit, à l’été 2015, par le nommer ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du PUDC. « Quand il a été nommé, beaucoup de gens se moquaient de lui, en disant que c’était une sanction, que PUDC ne voulait rien dire, que c’était une punition, on allait l’oublier petit à petit », rappelle un de ses principaux conseillers. Mais Macky Sall avait son idée derrière la tête. L’administration avait montré des réticences que l’on externalisât un programme de l’Etat, le PUDC se prononçait mal, était peu connu. Il n’y avait que 15 milliards sur la table, issus du Fonds de soutien à l’Energie. « Macky Sall lui a dit textuellement : je connais ton talent Souleymane. Je ne t’ai pas confié n’importe quoi, je t’ai confié le programme qui me réélira. C’est un bon programme, mais il n’est pas accepté. Fais-le accepter. Il n’est pas connu, fais-le connaître. Les bailleurs ne viennent pas, fais tout pour qu’ils viennent », se souvient Seckou Dianko, de sa cellule de communication. « Si au bout de six mois, ça n’arrive pas, c’est que j’aurais échoué, a répondu le nouveau ministre. Vous-même, vous ne parlerez que du PUDC ». Au bout de six mois, grâce à l’aide d’une équipe dynamique, conduite par Cheikh Diop sur le terrain, tout avait changé. Le Congad qui dénonçait le programme, s’est mis à féliciter le ministre. Les Nations-Unies ont fait du Sénégal un des 5 exemples de réussite dans le monde. Et mieux, 22 pays africains sont venus s’inspirer du modèle PUDC.

Normal donc qu’en allant en campagne, Macky Sall fasse appel au « génie » de son « petit frère » pour cordonner la campagne. « Au bout de trois jours, toute l’équipe, jusqu’au gouverneur du palais, s’est mis à le féliciter, à saluer son talent. Et les journalistes dans le convoi, « sa disponibilité et sa simplicité. « Toute la campagne, il était derrière en Jean et T-Shirt, pour observer le moindre détail. Il ne communiquait avec le Président qu’avec des gestes, la main, la mimique », se souvient un journaliste de la presse en ligne, selon qui il a rendu Macky Sall jeune, sympathique, ouvert. « Pour la petite histoire, quand il a proposé l’émission avec Dieynaba Seydou Ba, tout le monde s’y était opposé. Ils ont dit qu’il exposait le Président de la République. Il a été le seul à défendre l’idée, comme il avait défendu l’idée contre tous, d’une grande entrevue avec tous les Médias après le discours du 31 décembre de l’année dernière, « pour capter les médias et empêcher le débat ».

Tout le monde a dit au Président qu’il allait le regretter. C’est pourquoi, le soir du vendredi fin de campagne, quand les gens se sont mis à féliciter Macky Sall pour son excellente émission avec Dieynaba Seydou Ba, il s’est retourné, il leur a demandé de féliciter Jules Diop ». Souleymane voulait une chose. Il savait que les femmes pouvaient faire la différence, que les jeunes ça pouvait être compliqué. En parlant de sa mère, de sa femme, de ses enfants, Macky Sall a touché le cœur des femmes de ménages. La cible de toutes ses politiques. C’est pourquoi, a dit un des « ennemis » du communiquant au Palais, très proche du Président. « Je ne l’aime pas, mais c’est un génie. Il faut l’admettre, c’est un génie ».

 

Abdoulaye FALL







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Le président de l'ONG Jamra menace: "si on arrête l'imam Kanté, je sors la liste des homosexuels politiques et religieux de ce pays"
Le président de l
Nouvelles des "Lions": Mbaye Niang et Mbaye Diagne de retour dans le groupe
Nouvelles des "Lions": Mbaye Niang et Mbaye Diagne de retour dans le groupe
Résolution de l'ONU contre les violences et discriminations faites aux homosexuels: le Sénégal vote l'Abstention
Résolution de l
Fass Mbao: Un ancien militaire éventre son colocataire et se livre à la police
Fass Mbao: Un ancien militaire éventre son colocataire et se livre à la police