Les travailleurs des boulangeries prennent le contre-pied de leurs patrons
Les travailleurs des boulangeries prennent le contre-pied de leurs patrons

Les travailleurs des boulangeries prennent le contre-pied de leurs patrons

Les travailleurs des boulangeries prennent le contre-pied de leurs patrons
Copyright © Senemedia.com


Les employés des boulangeries du Sénégal étaient face à la presse ce jeudi, pour dénoncer "les conditions abominables" dans lesquelles ils exercent leur métier. Appuyés par le mouvement "Y'en a Marre", qui leur a offert un cadre pour vulgariser leur combat, ces travailleurs réunis autour de l'Association Andeu Défar Boulangerie (AADEB), s'inscrivent en faux contre la Fédérations nationale des boulangers du Sénégal, qui selon eux, n'est partie en grève que pour défendre les intérêts patrons du secteur. 
"La grève des patrons ne concerne pas les vrais boulangers. Les vrais boulangers sont ceux qui exercent le métier du pain et non ces chefs d'entreprise dont la plupart sont des immigrés qui ont investit dans le secteur, sans rien connaître à la constitution du pain", a d'emblée confié Ibrahim Khalil Niang, le président de ladite Association, assis aux côtés du nouveau coordonnateur du mouvement Y'en a marre, Aliou Sané et de Malal Talla, alias "Fou malade".

Les travailleurs du pain exigent de leurs patrons, le respect du barème de paiement fixé par l’état du Sénégal et ratifié par les employeurs du secteur. Et aussi d’améliorer les conditions de travail de leurs employés. 
Contrairement aux deux mille (2000) Fcfa journaliers qu'ils reçoivent actuellement, ils aimeraient avoir un salaire de travail quotidien de 3500 Fcfa, tel que fixé par le Code du travail pour les enfourneurs, éléments tourne et 5000 Fcfa pour les pétrisseurs, contremaîtres. Aussi, ils veulent mettre fin à la précarité de leur emploi avec la signature de contrats de travail et des salaires dignes à leur rang. "(...) du fait de l’informel dans lequel ce secteur se trouve, nous les employés qui en constituons le moteur, souffrons de l’exploitation et de l’oppression des propriétaires de boulangerie. Cela se traduit d’une part par des conditions de travail très difficiles, inhumaines, avec de longues heures de travail", dénoncent-ils

Une grève dès le premier jour du Ramadan
Pour les boulangers, l'avenir et la bonne marche du secteur ne sont pas "les vrais fondements de la grève des propriétaires de boulangerie. En effet, ces derniers ne sont motivés que par une cupidité insatiable toujours au détriment de leurs employés, d’où leur revendication de diminuer le prix du sac de farine". 
Leur association qui regroupe tous les travailleurs des boulangeries (pétrisseurs, contremaîtres, enfourneurs, éléments tourne etc), menace d'aller en grève dès le premier jour du mois de Ramadan, si leurs préoccupations ne sont pas prises en compte d'ici-là.
Ils  exigent, par ailleurs, du ministre du Commerce de les associer aux discussions avec les autres parties intéressées. Dans leur plan d’action, en plus d’une marche qui sera tenue très prochainement, ils  comptent "dans les plus bref délais" saisir l’inspection du travail.







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

La Cour suprême apporte des précisions sur la supposée annulation de l'arrêté Ousmane Ngom
La Cour suprême apporte des précisions sur la supposée annulation de l
Le Synpics ne veut pas que le fonds d'appui soit une autre Aide à la presse
Le Synpics ne veut pas que le fonds d
Des journalistes de la 2STV agressés pendant leur travail devant le Campus de l’Ucad
Des journalistes de la 2STV agressés pendant leur travail devant le Campus de l’Ucad
Choix de personnalités pour diriger le Dialogue: Les différentes parties n'ont toujours pas trouvé de consensus
Choix de personnalités pour diriger le Dialogue: Les différentes parties n