Parti socialiste : Main tenue de Tanor Dieng à Khalifa Sall et Cie
« Tanor ne veut pas commettre la même erreur que Wade »

Parti socialiste : Main tenue de Tanor Dieng à Khalifa Sall et Cie

« Tanor ne veut pas commettre la même erreur que Wade »
Copyright © Senemedia.com


Force est de constater qu’en politique, il faut aller méthodiquement. « Step by step ». Ne jamais se presser ou mettre la charrue avant les bœufs. Khalifa Sall et Cie n’avaient pas compris cette vérité implacable de la « Realpolitik ». Et ont voulu, dans la foulée, imposer très tôt sa candidature, pensant qu’il avait le vent en poupe. Alors que quand le navire socialiste avait commencé à faire naufrage aux lendemains de la perte du pouvoir en 2000, seul Capitaine Tanor conduisait la barque. Faisant ainsi face aux tempêtes et marrées violentes larguées par le camp présidentiel. Maintenant, le forfait d’Œdipe n’a pas éclore, le parricide des pros Khalifa a échoué et Ousmane Tanor Dieng est et reste toujours le chef de gondole incontestable des Verts.

Quoiqu’il en soit, le Ps veut certainement tourner la page et recoller les morceaux. Tanor l’a compris. Les dissidents ont aussi tout intérêt à revenir au parti. Pour rebâtir un parti fort et mieux se positionner pour les prochaines joutes. Mais si les « dissidents partent en ordre dispersé ou laissent Tanor encore contrôler le parti, ce dernier choisira le candidat de son choix qui sera aux prises avec les autres candidats. Les jeunes ont tout intérêt à ce que le Ps se retrouve, parce qu’ils sont l’avenir du parti », a conseillé l’enseignant-chercheur en Sociologie politique de l’Ugb. Toujours Ibou Sané, Ousmane Tanor Dieng prépare son départ et veut laisser le parti entre de bonnes mains. Une manière pour le successeur de Diouf à la tête du Parti socialiste, de ne pas commettre les mêmes péchés que le pater de Karim Wade, qui a fini de faire voler son bébé Pds en lambeaux. « Tanor ne peut pas partir et laisser le parti à n’importe qui, en commettant la même erreur que Me Abdoulaye Wade. Aujourd’hui, confesse-t-il, les partis politiques, aussi bien L’Afp que le Ps, se préparent pour 2024 ». Somme toute, dans sa volonté d’accompagner le leader de l’Alliance pour la République (Apr), Ousmane Tanor Dieng n’avait pas tout faux. En fin politicien, il savait qu’il était question de la survie du parti. C’est pourquoi, sans hésiter, il a accompagné le Président Macky Sall pour ses deux mandats. « Si le parti venait à quitter dès maintenant Benno bokk yakaar (Bby), Tanor n’aurait pas mes moyens de sa politique. Parce qu’actuellement, le Ps a des postes de ministres, de Dg et de Pca, pouvant permettre au parti qui ne tenait pas bien financièrement de revivre et de se reconstruire ».

 

(Source l’Observateur)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Comité des Droits de l’Homme : ce que cache la sortie du ministre Amadou Ba
Comité des Droits de l’Homme : ce que cache la sortie du ministre Amadou Ba
Malaise post-remaniement : Macky Sall panse les plaies de l'Apr
Malaise post-remaniement : Macky Sall panse les plaies de l
Suppression du poste de Pm : Macky Sall rencontre ses alliés et ses députés
Suppression du poste de Pm : Macky Sall rencontre ses alliés et ses députés
Retrouvaille de la famille socialiste : Barthélémy Dias tire à boulets rouges sur Tanor
Retrouvaille de la famille socialiste : Barthélémy Dias tire à boulets rouges sur Tanor