PRESIDENTIELLE 2019 : LA CENA PRECISE SES ATTRIBUTIONS
La Commission électorale nationale autonome (Cena) a jugé utile de faire quelques précisions

PRESIDENTIELLE 2019 : LA CENA PRECISE SES ATTRIBUTIONS

La Commission électorale nationale autonome (Cena) a jugé utile de faire quelques précisions
Copyright © Senemedia.com


« Une lecture attentive de la loi électorale permet de constater que les diverses attributions de la Commission électorale nationale autonome suivent un chronogramme et une cadence bien établis et, par conséquent, sont relatives à divers évènements électoraux ou référendaires en plus des révisions périodiques des listes électorales », note d’emblée la CENA qui signale qu’elle avait fourni une explication très détaillée du processus de contrôle et de supervision dans son rapport sur les élections législatives du 30 juillet 2017.

En guise de rappel, l’instance est revenue sur la procédure appliquée par l’institution depuis l’inscription au niveau de la commission administrative jusqu’à la consolidation du fichier électoral général. Premièrement, « les démembrements de la Cena, que sont les Commissions électorales départementales autonome (Ceda) et les Délégations extérieures de la Commission électorale nationale autonome (Decena), déploient des contrôleurs qui siègent sans désemparer auprès de chaque commission administrative durant la révision des listes électorales tout comme dans l’ensemble des bureaux de vote au cours de chaque scrutin ».

Ensuite, « les dossiers traités par les commissions administratives sont acheminés à la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf) par la Direction Général des élections (Dge) qui, pour le ramassage préalable, s’appuie sur les autorités administratives, c’est-à-dire les préfets et les sous-préfets. La Cena déploie alors auprès de la Daf des brigades de contrôleurs ayant à leur tête un superviseur, qui se relaient 24 heures sur 24, en fonction du rythme imposé par le calendrier des activités. Ces contrôleurs dressent systématiquement les statistiques de tous les dysfonctionnements de même que celles des dossiers validés à ce stade ».

Enfin, « les contrôleurs de la Cena sont également présents auprès des brigades de saisie pour assurer le contrôle qualité. Après la validation du processus d’acquisition des données, les files d’impression des données sont envoyées à la salle de production de cartes. Les agents de la Cena y sont présents, contrôlant la qualité des documents lors de l’impression, s’association même au tri et au dispatching des cartes vers les commissions de distribution. Pendant cette phase, le nombre de cartes rejetées et les motifs de rejets sont quantifiés et un rapport de production journalière fourni par le système central leur est remis par les responsables de la salle de production des cartes. Ces rapports, en plus des données de l’électeur, renseignent sur la commission d’enrôlement, la collectivité et, partant, le département de la région de l’électeur ».

« Il faut noter la mauvaise interprétation souvent faite de l’article L.11 par rapport à la gestion du fichier électoral. En effet, parmi les dispositions de cet article, il est souvent mentionné explicitement la remise du fichier électoral aux différentes parties prenantes, et cela 15 jours au moins avant le scrutin. Si cette obligation ne souffre pas d’ambiguïté, elle ne peut cependant être satisfaire à l’étape actuelle du processus électoral, car il n’est pas encore question de scrutin. De plus, dans son libellé, les dispositions de l’article ne s’appliquent qu’aux candidats. En effet, ceux qui aspirent à être candidat ou, mieux, les candidats à la candidature sont appelés à aller chercher des parrains et à dresser eux-mêmes leur « fichier de parrainage ». C’est seulement après la validation de ces listes, entre autres critères déterminés par le Code électoral, que l’aspirant, c’est-à-dire le candidat à la candidature, devient juridiquement candidat. Donc pour le moment, il n’y a aucun candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019. Sera candidat celui qui aura satisfait à tous les critères définis par le Code électoral », précise la CENA qui rappelle encore qu’elle est « une structure permanente dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière », (qui) fonctionne à plein régime et suit de près tout ce qui touche au processus électoral. Elle tient tous les mercredis la réunion de son Assemblée générale et exerce pleinement sa mission de contrôle et de supervision des activités su ministère en charge des élections. Du reste, la Cena a rendu possible la création d’un cadre de concertation entre ses plénipotentiaires et ceux de la Dge pour, a chaque fois que de besoin, trouver des solutions ponctuelles à des problèmes  ponctuels, réduisant ainsi à leur plus simple expression les échanges épistolaires.

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

TIVAOUANE : LE KHALIFE CHANTE LES QUALITES DU CHEF DE L’ETAT
TIVAOUANE : LE KHALIFE CHANTE LES QUALITES DU CHEF DE L’ETAT
VICTOIRE A LA PRESIDENTIELLE DE 2019 : MACKY, LES CLES D’UNE CONFIANCE
VICTOIRE A LA PRESIDENTIELLE DE 2019 : MACKY, LES CLES D’UNE CONFIANCE
COMMUNIQUE DU MINISTRE DE LA JUSTICE SUR L'AFFAIRE KARIM WADE
COMMUNIQUE DU MINISTRE DE LA JUSTICE SUR L
Communiqué du Conseil des ministres du 14 novembre 2018
Communiqué du Conseil des ministres du 14 novembre 2018