UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS : UN ETUDIANT TUE
L’étudiant de l’UGB Fallou Sène tué mortellement par balle

UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS : UN ETUDIANT TUE

L’étudiant de l’UGB Fallou Sène tué mortellement par balle
Copyright © Senemedia.com


L’étudiant Fallou Sène, atteint par balle au bas ventre, est décédé sur le coup. A cela s’ajoute de nombreux blessés du côté des étudiants dont l’un d’eux est dans un état critique. En salle de réanimation à l’hôpital régional, il est entre la vie et la mort.

Le jeudi 14 août 2014, c’était Bassirou Faye, natif de Diourbel, ce scientifique en herbe a été tué lors d’affrontements entre étudiants et policiers à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Quatre ans après sa disparition, l’histoire se répète. Tristement.

Diourbel enregistre un deuxième martyr. Un autre fils de cette région est tué dans les mêmes circonstances. Dans un campus universitaire. Il s’agit de Serigne Fallou Sène. Il était étudiant en deuxième année de la Faculté des Lettres et Sciences humaines (Section française) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Prenant part au combat pour la défense des intérêts de ses camarades, Fallou Sène y a laissé sa vie tel un soldat tombé au champ d’honneur. Il est parti à la fleur de l’âge sous les agissements irresponsables des forces de l’ordre tirant, comme des chasseurs à la vue d’une proie, sur des étudiants qui ne réclamaient que leurs bourses pour survivre.

Marié et père d’un enfant, Fallou Sène laisse derrière lui une famille meurtrie qui ne sait pas encore à quelle autorité se fier pour mettre la lumière sur cette énième bavure des forces de l’ordre. Comment Fallou Sène a été tué ?

Tout est parti du retard de paiement des bourses. Les étudiants de l’UGB ont ainsi décrété des journées sans ticket pours se restaurer gratuitement. Cependant, les autorités du Centre Régional des Œuvres Universitaires de Saint-Louis (CROUS) s’y sont opposées. Elles ont annoncé qu’elles prendront toutes les dispositions pour assurer la sécurité des restaurants afin de permettre à ceux qui le désiraient de s’y rendre avec leurs tickets.

Joignant l’acte à la parole, elles ont fait appel aux forces de l’ordre. Ces dernières, armées jusqu’aux dents, ont envahi le temple du savoir. La tension était au summum. Les étudiants se sont heurtés à la haie de sécurité. La tension débouche sur des affrontements violents entre les deux camps.

L’étudiant Fallou Sène est atteint par balle. Il est mort sur le coup. Beaucoup d’autres sont blessés. L’un d’eux est dans un état critique. Il se trouve en salle de réanimation à l’hôpital de Saint-Louis. La mort de Fallou Sène émeut tout le monde estudiantin. La triste nouvelle, fait le tour du monde et enflamme les réseaux avec des séries de protestations. La journée est chaude dans l’ancienne capitale. Les étudiants, furax, décident d’en découdre avec les forces de l’ordre pour venger leur camarade qui est parti à jamais. A cause de 150 francs. C’est ce que vaut le ticket pour accéder dans les restaurants universitaires en temps normal. C’est la tristesse et la consternation chez les étudiants. Mais, ils ne baissent pas les armes. Le décès brutal de leur camarade leur révolte. Ils incendient le CROUS et saccagent le Rectorat. Avant de faire cap chez le ministre de l’Enseignement supérieur. La maison de Mary Teuw Niane a été complètement saccagée. La vieille ville est à feu et à sang. Les étudiants, très déterminés à se faire entendre, ont fait fi des appels au calme. Ainsi, la journée a été très mouvementée, hier.

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

PRISE EN CHARGE DES BACHELIERS ORIENTES DANS LE PRIVE : 3 MILLIARDS EN COURS DE PAIEMENT
PRISE EN CHARGE DES BACHELIERS ORIENTES DANS LE PRIVE : 3 MILLIARDS EN COURS DE PAIEMENT
BIGNONA : LANCEMENT DE LA PHASE II DU PUDC PAR LE CHEF DE L’ETAT
BIGNONA : LANCEMENT DE LA PHASE II DU PUDC PAR LE CHEF DE L’ETAT
LUTTE CONTRE L’INSECURITE : LA GENDARMERIE RATISSE LA BANLIEUE
LUTTE CONTRE L’INSECURITE : LA GENDARMERIE RATISSE LA BANLIEUE
REGULATION DES CHEMINOTS DEFLATES DE 2003 : L’ETAT MET FIN A 15 ANS DE GALERE
REGULATION DES CHEMINOTS DEFLATES DE 2003 : L’ETAT MET FIN A 15 ANS DE GALERE