ORGANISATION DU PELERINAGE A LA MECQUE 2018
Les voyagistes privés en colère contre la délégation générale

ORGANISATION DU PELERINAGE A LA MECQUE 2018

Les voyagistes privés en colère contre la délégation générale
Copyright © Senemedia.com


L’Association des voyagistes privés pour le pèlerinage à la Mecque est en colère contre la délégation générale au pèlerinage à la Mecque. A l’origine du courroux, une circulaire du gouvernement qui leur demande de fournir des informations confidentielles. Hier, lors d’une conférence de presse, Cheikh Bamba Dioum, porte-parole du jour, a jugé cette situation regrettable. Puisque la note leur demande de fournir des informations qui sont de nature secrète, commerciale et privée, dont seuls les membres de l’association ou les banques, en cas de prêts, ont le droit de prendre connaissance.

Fulminant contre la délégation générale au pèlerinage à la Mecque, Cheikh Bamba Dioum déclare : « Cette institution est chargée de réguler et non de mener une pression, tel que constatée aujourd’hui. Nous avons plus de 90% du quota national, qui est aujourd’hui de l’ordre de 10 860 pèlerins. Malheureusement, l’Etat ne nous donne pas toutes les prérogatives pour mener à terme cette mission ». Aussi, les voyagistes disent-ils ne plus avoir à quel saint se vouer. « Nous avons déterminé nos plans de vols, nos réservations signées. L’Etat a tardé à trouver la compagnie qui devrait faire voyager la moitié. On nous a dit que le premier vol devrait partir le 4 août, alors que beaucoup de privés ont déjà, programmé, à partir du 31 juillet. Tout a été chamboulé et on va encore débourser des millions. Et on ne pourra pas le supporter », récrimine le voyagiste.

Cheikh Bamba Dioum de charger l’Etat qui, dit-il, essaye de faire croire que leur structure fait de la surenchère alors que c’est le contraire qui se passe. « On nous fait une concurrence déloyale. Le prix de 2,6 millions, qui a été fixé par l’Etat, n’est pas normal, car les charges dépassent cette somme. C’est hors-la-loi. Nous voulons travailler, qu’on nous laisse le faire. Il y a beaucoup de risque de ne pas remplir le quota. Nous sommes prêts à collaborer avec l’Etat. Nous voulons qu’il mette fin à cela, à travers un redressement.

 

(Source EnQuête)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

NGOR : DEUX TURCS ARRETES AVEC PRES DE 50 MILLIONS DE FRANCS CFA EN FAUX BILLETS
NGOR : DEUX TURCS ARRETES AVEC PRES DE 50 MILLIONS DE FRANCS CFA EN FAUX BILLETS
BIGNONA : MACKY SALL LANCE LA DEUXIEME PHASE DU PUDC
BIGNONA : MACKY SALL LANCE LA DEUXIEME PHASE DU PUDC
VIOLENT INCENDIE AU MARCHE DE KAOLACK
VIOLENT INCENDIE AU MARCHE DE KAOLACK
IMPACT ECONOMIQUE DU MAGAL DE TOUBA : « 250 MILLIARDS DE FCFA GENERES » SELON UN ECONOMISTE
IMPACT ECONOMIQUE DU MAGAL DE TOUBA : « 250 MILLIARDS DE FCFA GENERES » SELON UN ECONOMISTE