Affaire Senegalair
Le DG de l’Anacim mis en examen

Affaire Senegalair

Le DG de l’Anacim mis en examen
Copyright © Senemedia.com


Le Directeur général de L’ANACIM, Magaye Marame Ndao, a été inculpé le mardi 27 mars dernier et laissé pour libre par le doyen des juges Samba Sall, en charge de l’instruction de l’affaire Senegalair. Il a été inculpé en même temps que le contrôleur Jacob Lèye.

Convoqués dans un premier temps, ils avaient demandé le report de leur face-à-face avec le magistrat instructeur pour des raisons de voyage. Le même jour, Gérald Gabriel Diop (Directeur général de Senegalair), Mohamed Mansour Sy (Directeur des transports aériens à l’Anacim), El Hadji Mactar Daff (inspecteur navigabilité) et Mamadou Sy, chef du département navigation qui avaient déféré à leur convocation, étaient eux inculpés. Les auditions dans le fond devraient débuter dans les prochains jours, de même que l’audition des parties civiles. Comme nous le révélions, ils sont tous visés par une information judiciaire ouverte par le parquet de Dakar dans le cadre du crash de l’avion de Senegalair qui avait fait 7 morts le 5 septembre 2015.

Parallèlement à cette procédure qui risque de faire beaucoup de dégâts, une information judiciaire de la même nature a été ouverte à Paris car l’une des victimes était française.

Comme le révélait Libération, la justice française a envoyé une commission rogatoire à Dakar pour faire exécuter certains actes de procédures. Cette commission rogatoire, communiquée au juge du premier cabinet, devrait être exécuté par la Division des investigations criminelles (DIC) ou la Section Recherches de Dakar.

A noter que les investigations des forces de sécurité et le rapport du Bureau d’enquête et d’analyse (BEA) ont conclu que le crash de l’aéronef était dû à une série de dysfonctionnements. Les 315 pages du rapport du BEA, livrées en exclusivité par Libération, révèlent que la compagnie, Senegalair, ne disposait d’aucune autorisation pour exercer au Sénégal. Pire, l’ANACIM a renouvelé le certificat de navigabilité de l’appareil malgré de graves anomalies alors que la licence du copilote algérien-mort aussi dans le crash – a été validée malgré son dossier incomplet.

Pour ne pas arranger les choses, deux mois avant la tragédie, l’ASECNA avait exigé une inspection de l’appareil après un accident. Ce qui n’a jamais été fait.

 

(Source Libération)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

AFFAIRE KHALIFA SALL ET CIE : LES NON DITS DE L’ARRET DE LA CEDEAO
AFFAIRE KHALIFA SALL ET CIE : LES NON DITS DE L’ARRET DE LA CEDEAO
INAUGURATION DU PONT DU FLEUVE GAMBIE
INAUGURATION DU PONT DU FLEUVE GAMBIE
BATAILLE ELECTORALE DE 2019 : MACKY SALL MOBILISE SES TROUPES
BATAILLE ELECTORALE DE 2019 : MACKY SALL MOBILISE SES TROUPES
BATAILLE ELECTORALE DE 2019
BATAILLE ELECTORALE DE 2019