Thiaroye Sam-Sam : Une fabrique artisanale de vinaigre et d’eau de javel contrefaits démantelée
Les gendarmes de Thiaroye ont mis aux arrêts le patron et les commerçants qui écoulaient ces produits illicites

Thiaroye Sam-Sam : Une fabrique artisanale de vinaigre et d’eau de javel contrefaits démantelée

Les gendarmes de Thiaroye ont mis aux arrêts le patron et les commerçants qui écoulaient ces produits illicites
Copyright © Senemedia.com


Panique – C’est la panique au populeux quartier de Thiaroye (banlieue de Dakar). Ce, à la suite de la découverte d’une unité artisanale qui écoulait clandestinement des stocks de bouteilles de vinaigre et d’eau de javel contrefaits. Certains stocks ont fini d’être consommés par plusieurs familles. Dans l’impossibilité de retrouver les bouteilles déjà achetées ou stockées dans des boutiques, l’alerte a été donnée. Avisée, la gendarmerie de Thiaroye a ouvert une enquête et s’est lancée dans une course contre… la mort. Finalement localisé, le fabricant a été arrêté au quartier « Sam-Sam » de Yeumbeul-Sud.

Le matériel de fabrication a été démonté et saisis. Répondant au nom de M. Niang, 48 ans, la patron de cette fabrique clandestine, est un émigré du Maroc. « Après un séjour au Maroc, je suis revenu au Sénégal, où je suis resté longtemps sans trouver du boulot. Pour remédier à cette difficile situation, j’ai décidé d’investir dans la fabrique de vinaigre et d’eau de javel. J’avoue être analphabète et ignorer que ce type d’activité requiert nécessairement une autorisation », a-t-il expliqué aux gendarmes de Thiaroye qui, perquisitionnant la fabrique artisanale, ont saisi un stock de près d’une centaine de bouteille de vinaigre, certaines estampillées « Adja » et « Bolo Aïda Saf-Sap ». Pis, des bouteilles d’eau de javel, dont l’acidité peut endommager la peau, ont été également saisies par les pandores, qui ont en sus, mis la main sur une bouteille remplie d’acide acétique, un bidon de 10 litres de caramel, du bicarbonate, des bassines et une bouteille de gaz butane utilisée pour chauffer le mélange, ainsi que des emballages. Dans sa fabrique, M. Niang, sous le regard des gendarmes, a expliqué comment il fait son mélange et le dosage pour obtenir du vinaigre et de l’eau de javel : « Pour le vinaigre, je chauffe l’eau, y mets du sucre pour obtenir du caramel et j’ajoute au fur et à mesure, de l’acide acétique et du bicarbonate ». Un mélange mortel, de l’avis d’un praticien de la santé accroché par l’Obs. A l’en croire, « ce breuvage détruit petit à petit, le cœur ». En plus clair, il tue à petit feu.

La tromperie – Son breuvage obtenu, M. Niang le met en bouteille et y appose le logo de la marque « Adja », produite par la société Patisen. Une astuce qui lui a permis, depuis 4 mois, d’écouler à des prix défiant toute concurrence, le « mortel vinaigre », sans attirer l’attention des consommateurs sénégalais, généralement, pas très regardant sur l’origine des produits qu’ils achètent. « Je vends la grande caisse d’Adja, à 3 500 FCFA et la petite à 2 200 FCFA. Les emballages d’Adja, je les ramasse et parfois, je les achète à 25 francs l’unité », a expliqué M. Niang.

Plainte – Informés de cette commercialisation de vinaigre contrefaits dans des bouteilles estampillées Adja, les responsables de la société Patisen, propriétaire de ladite marque, ont porté plainte. Dans sa chute, M. Niang a entraîné quatre commerçants qui ont participé à la vente du produit. Ils ont été tous déférés, vendredi dernier, au parquet de Dakar, pour contrefaçon de marque, défaut d’autorisation de fabrique de produits alimentaires, tromperie sur la qualité, complicité et recel.

 

(Source L’Observateur)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

KAFFRINE : BRAQUAGE EN PLEIN JOUR
KAFFRINE : BRAQUAGE EN PLEIN JOUR
PAIX DEFINITIVE EN CASAMANCE : MACKY APPELLE A FAIRE PREUVE DE PATIENCE
PAIX DEFINITIVE EN CASAMANCE : MACKY APPELLE A FAIRE PREUVE DE PATIENCE
TRAFIC DE FAUX MEDICAMENTS A TOUBA ET A KEUR SERIGNE BI : LES PHARMACIENS CHARGENT L’ETAT
TRAFIC DE FAUX MEDICAMENTS A TOUBA ET A KEUR SERIGNE BI : LES PHARMACIENS CHARGENT L’ETAT
LIBERTE 6 : UN RESEAU DE TRAFIC DE COCAÏNE DEMANTELE
LIBERTE 6 : UN RESEAU DE TRAFIC DE COCAÏNE DEMANTELE