Travaux du Train Express Régional : La Cité Castors et quartiers riverains privés d’assainissement
Les travaux du Train Express Régional (Ter) causent d’énormes préjudices à certaines populations rufisquoises

Travaux du Train Express Régional : La Cité Castors et quartiers riverains privés d’assainissement

Les travaux du Train Express Régional (Ter) causent d’énormes préjudices à certaines populations rufisquoises
Copyright © Senemedia.com


Ce sont des centaines d’habitants de la cité Castors, dans la commune de Rufisque-Est, arborant des brassards rouges, qui sont sortis ce week-end pour protester contre les préjudices causés par les travaux du Train Express Régional (Ter). Parmi ces torts, l’on cite els conséquences de la démolition de la station d’épuration qui polarisait la cité et les quartiers environnants. A en croire Marième Diouf, la présidente du conseil de quartier, l’ouvrage assurait l’assainissement de la zone.

« Le réseau permet le drainage des eaux usées des quartiers que sont Castors, Arafat 1, Arafat 2 avec plus de 380 concessions. La station d’épuration traitait aussi nos ordures ménagères », informe-t-elle. Aujourd’hui, une petite visite dans le quartier permet de constater que les eaux usées ont fini d’envahir les rues. Pis, précise-t-elle, « nos toilettes commencent à rejeter le trop plein d’eau qui remonte à la surface et elles ont devenues impraticables ».

La méthode des techniciens du chantier est cavalière, selon les habitants de la cité Castors. En effet, rapporte Marième Diouf, leur surprise a été grande lorsque, « dans le cadre des travaux du Ter, on a tout bonnement démoli l’ouvrage sans nous informer au préalable. Un beau matin, ils ont commencé à piqueter nos maisons, à procéder au marquage et au recensement des emprises. C’est là qu’on nous a informés que nos maisons allaient être démolies. C’est la seule information que nous disposons jusqu’à présent », se désole la présidente du Conseil de quartier de Castors pour qui, chaque famille avait contribué à raison de 25 000 FCFA par tranche et ce pendant 10 mois.

Dès lors, signale-t-elle, « c’est notre patrimoine qui a été détruit sans que nous en connaissons les raisons. C’est Enda qui avait porté le projet ».

Président du Conseil d’administration de la Société de gestion des infrastructures publiques dans les pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Sogip Sa) et fils de la localité, Doudou Meïssa Wade souligne qu’il a eu une réunion avec le conseil de quartier d’où, selon lui, « des débuts de solutions sont sortis ». Une rencontre est prévue entre les populations et les responsables du Ter, afin de voir comment arrondir les anges et régler le problème de la station d’épuration. Et faire en sorte que les populations impactées soient indemnisées de manière prompte, équitable, juste et intégrale », a-t-il déclaré, tout en faisant savoir que chaque projet à ses avantages et ses inconvénients.

En tout cas, les résidents de la cité Castors et quartiers environnants sont formels et ne comptent pas reculer dans leur combat. Ils exigent leur station d’épuration ou une autre alternative salutaire pour eux.

 

(Source EnQuête)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

AFFAIRE DES COMPTES OFFSHORE LOGES A LA HSBC PAR DES CLIENTS BASES AU SENEGAL
AFFAIRE DES COMPTES OFFSHORE LOGES A LA HSBC PAR DES CLIENTS BASES AU SENEGAL
LA BIS REVIENT AUX TROUSSES DU GROUPE DE PRESSE
LA BIS REVIENT AUX TROUSSES DU GROUPE DE PRESSE
AFFAIRE FALLOU SENE
AFFAIRE FALLOU SENE
ARMEE : FAUTE CONTRE LA DISCIPLINE
ARMEE : FAUTE CONTRE LA DISCIPLINE