Non-paiement des sommes dues aux écoles privées : Près de 30 000 étudiants dans la rue
Si l’Etat ne réagit pas d’ici la semaine prochaine, tous les étudiants orientés dans le privé seront virés

Non-paiement des sommes dues aux écoles privées : Près de 30 000 étudiants dans la rue

Si l’Etat ne réagit pas d’ici la semaine prochaine, tous les étudiants orientés dans le privé seront virés
Copyright © Senemedia.com


« Nous sommes obligés d’arrêter les enseignements. Car nous n’avons plus les moyens de continuer et de payer nos enseignants. Toutes nos ressources sont épuisées. Nous sommes trop endettés et nous n’avons plus de crédibilité auprès des banques ». Ces par ces mots que le président de la Fédération des établissements privés d’enseignements supérieur (Fepes), Mamadou Diop, joint hier par téléphone, a tenté de justifier la décision de l’organisation. Les écoles privées membres de la fédération ont, en effet, envoyé un communiqué pour dire qu’elles vont mettre dans la rue tous les étudiants que l’Etat leur avait affectés. La décision sera effective « à compter de ce lundi 12 février 2018 à 8h, et ce jusqu’à nouvel ordre ». Près de 30 000 étudiants répartis dans 71 établissements sont concernés d’après Daour Diop, le secrétaire général de l’organisation.

A en croire Mamadou Diop, le cumul de tous les retards de paiement et autres reliquats que l’Etat doit verser aux écoles privées atteignent les 22 milliards de francs CFA. Selon M. Diop, par ailleurs directeur de l’Iseg, il y a les 8 milliards de la première année et les 8 milliards pour la deuxième année. Il y aussi le reliquat de 2015-2016 qui fait environ 2 milliards. Ce qui fait 18 milliards. S’y ajoutent 3,2 milliards pour ceux qui doivent faire la troisième année, plus les masters. D’où un total de 22 milliards.

« Il est ahurissant de constater, aujourd’hui, qu’en dépit de tous les sacrifices consentis par permettre, d’une part, a de jeunes Sénégalais de jouir de leurs droits à une formation de qualité et, l’autre, d’enlever les pieds de l’Etat une épine venimeuse, celui-ci traine les pieds pour remplir sa part du contrat », désole la Fepes à travers le communiqué.

M. Diop se désole du fait que, malgré le décret d’avance accordé par le président de la République le 28 novembre 2017, il n’y a eu aucune avancée. Aujourd’hui encore, en dépit des mesures prises lors du Conseil des ministres, le gouvernement reste « muet » et « aveugle » devant la situation de détresse qu’il a causée dans le sous-secteur de l’enseignement supérieur privé. Ainsi, la Fepes invite le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Mesri), responsable, à ses yeux, de cette situation, à prendre très rapidement ses responsabilités pour solder entièrement les sommes impayées à ce jour.

Il n’y a pas que le département de Mary Teuw Niane. Mamadou Diop fait savoir que le ministre des Finances a aussi sa part de responsabilité, puisque les états lui sont déjà transmis. Les directeurs d’école sont d’autant plus déçus que, disent-ils, l’Etat oriente à des prix trois ou quatre fois en deçà des tarifs en cours dans le Epes. Les responsables disent avoir accepté toutes les conditions posées par l’Etat du Sénégal, « par patriotisme ».

L’orientation des bacheliers dans les établissements privés d’enseignement supérieur (Epes) a démarré en 2012. Le sureffectif noté dans les universités publiques et les nombreuses manifestations liées aux orientations a poussé l’Etat du Sénégal à revoir sa politique en la matière. Le régime de Macky Sall, fraichement arrivé au pouvoir, a décidé d’envoyer des bacheliers dans le privé. C’était aussi un mode d’appui et de reconnaissance.

Selon le Fepes, près de 40 000 étudiants ont été orientés depuis lors, compte non-tenu de la cohorte de bacheliers de l’année scolaire 2016-2017. Pour 2017-2018, l’Etat prévoit d’y envoyer 11 000 étudiants, selon la Fepes. A l’heure où leurs grands frères sont éconduits, inutile de dire à ces 11 °000 bacheliers qu’ils ne sont guère les bienvenus.

 

(Source EnQuête)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

Thiès : Viol d’une fillette de 4 ans
Thiès : Viol d’une fillette de 4 ans
Double meurtre à la Cité des Douanes de Kounoune
Double meurtre à la Cité des Douanes de Kounoune
Procès de la caisse d’avance à la mairie de Dakar : Répartition du temps des plaidoiries
Procès de la caisse d’avance à la mairie de Dakar : Répartition du temps des plaidoiries
Affaire de corruption présumée : Cheikh Tidiane Gadio n’est plus coaccusé
Affaire de corruption présumée : Cheikh Tidiane Gadio n’est plus coaccusé