Thiaroye Guinaw-rail : Deux techniciens de surface ont séquestré et violé une défiante mentale
Comment une défiante mentale a été séquestré pendant 2 mois, violée et engrossée par 2 techniciens de surface

Thiaroye Guinaw-rail : Deux techniciens de surface ont séquestré et violé une défiante mentale

Comment une défiante mentale a été séquestré pendant 2 mois, violée et engrossée par 2 techniciens de surface
Copyright © Senemedia.com


La fugue : En proie à des crises d’épilepsie, A. N. quitte souvent sa maison familiale pour errer. A 20 ans, cela lui arrive très souvent. C’était encore le cas il y a deux mois (novembre 2017) lorsqu’elle quitta sans avertir, sa maison familiale située à Grand Dakar pour rallier à pied le département de Pikine à une dizaine de kilomètres. Dans la banlieue, à Guinaw-rails, elle tombe sur un technicien de surface du nom de Mame Ch. D., qui découvre très vite que cela ne tourne pas rond dans la tête de la fille. « Cela tombe bien », se dit Mame Ch. D., dont l’épouse a voyagé vers d’autres régions du Sénégal. Sans trop de difficultés, Mame Ch. D., convainc la fille à le suivre chez lui à Guinaw-rails au quartier Daouda Fam et à rester pendant quelques jour en sa compagnie dans sa chambre louée dans une maison occupée essentiellement par des ressortissants guinéens. Dès la première nuit, Mame Ch. D., oblige la fille à entretenir des relations sexuelles avec lui. C’est alors le début d’un long calvaire pour la défiante mentale fugueuse. A chaque fois qu’il doit aller au boulot, Mame Ch. Trouve les mots justes pour convaincre la fille à rester dans la chambre et il lui remet quelques pièces de monnaie pour payer son repas. Au bout de quelques jours, pour éviter que la fille lui fausse compagnie, Mame Ch., D. fait part de sa trouvaille à son collègue et colocataire, Jean G, qui se charge ainsi de « veiller » sur la fille chaque fois que Mame Ch. D. part au boulot. Affectueusement appelé « Père Jean » à Guinaw-rails, Jean finit par prendre le relais. La nuit, c’est Mame Ch. D., qui s’enferme avec la défiante mentale et le jour, c’est « Père Jean » qui entretien des relations intimes avec elle. Il en sera ainsi pendant les mois de novembre et décembre 2017 jusqu’à la mi-janvier 2018. Régulièrement violée, la défiante mentale est séquestrée sans que cela n’émeuve personne dans le quartier. Les voisins, intrigués par sa présence, se limitent juste à en parler.

 

La Grossesse : Pendant plus de 2 mois, la défiante mentale subit les assauts de ses deux ravisseurs. Sa famille à Grand-Dakar ravisseurs. Sa famille à Grand-Dakar multiplie les recherches sans penser venir fouiller la banlieue. Lorsque l’un de ses ravisseurs, en l’occurrence, Mame Ch., D., apprend que son épouse va bientôt rentrer, il décide de s’en débarrasser. Elle change alors de chambre et dort désormais dans la chambre de « Père Jean » qui, à son tour, au bout de quelques jours, découvre que l’attardée mentale présente des symptômes comparable à ceux d’une femme enceinte. Des symptômes confirmés par une voisine auprès de qui « Père Jean » l’avait conduite. Alors à son tour, « Père Jean » s’en débarrasse à la mi-janvier, la laissant errer dans le quartier. Jusqu’au dimanche 28 janvier 2018 lorsqu’en proie au froid qui sévit en banlieue, elle cherche à se refugier dans une maison et entre spontanément dans la chambre de P.C, un décorateur qui habite le même quartier que les deux ravisseurs. Ce dernier, surpris de la voir débarquer dans sa chambre à une heure aussi tardive de la nuit (1 heure) joue de ruse et réussit à la conduire à la police de Thiaroye. Une enquête est ainsi ouverte pour retrouver ses parents et le dossier confié au commissariat de police de Guinaw-rails, qui réussit à localiser Mame Ch. D., et « Père Jean » au quartier Daouda Fam de Guinaw-rails-Nord. Entendus par les enquêteurs, les deux mis en cause ont très vite reconnu les faits, notamment Mame Ch. D. Et pour ne rien arranger, au cours de la perquisition de la chambre de Mame Ch. D., les policiers ont découvert sur les lieux des habits appartenant à A. N. la malade mentale. Des réquisitions adressées au médecin chef de l’hôpital de Pikine et à un gynéco-obstétricien ont confirmé tour à tour la santé mentale défectueuse et la grossesse de « deux mois » de la fille. Elle a été remise à sa mère, qui a été retrouvée par la police de Guinaw-rails.

Mame Ch. D. (36 ans) et Jean G (64 ans), ont été déférés au parquet hier jeudi pour viols répétés suivis de grossesse, commis sur une personne vulnérable en raison de son état de santé mental.

 

(Source L’Observateur)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

PRISE EN CHARGE DES BACHELIERS ORIENTES DANS LE PRIVE : 3 MILLIARDS EN COURS DE PAIEMENT
PRISE EN CHARGE DES BACHELIERS ORIENTES DANS LE PRIVE : 3 MILLIARDS EN COURS DE PAIEMENT
BIGNONA : LANCEMENT DE LA PHASE II DU PUDC PAR LE CHEF DE L’ETAT
BIGNONA : LANCEMENT DE LA PHASE II DU PUDC PAR LE CHEF DE L’ETAT
LUTTE CONTRE L’INSECURITE : LA GENDARMERIE RATISSE LA BANLIEUE
LUTTE CONTRE L’INSECURITE : LA GENDARMERIE RATISSE LA BANLIEUE
REGULATION DES CHEMINOTS DEFLATES DE 2003 : L’ETAT MET FIN A 15 ANS DE GALERE
REGULATION DES CHEMINOTS DEFLATES DE 2003 : L’ETAT MET FIN A 15 ANS DE GALERE