Démantèlement d’un réseau de faussaires : Plus de 500 faux documents administratifs saisis
Des Sénégalais membres du réseau arrêtés par la Sûreté urbaine grâce à la vigilance du Procureur de la République

Démantèlement d’un réseau de faussaires : Plus de 500 faux documents administratifs saisis

Des Sénégalais membres du réseau arrêtés par la Sûreté urbaine grâce à la vigilance du Procureur de la République
Copyright © Senemedia.com


N’eut été la vigilance du Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, la population sénégalaise allait compter, les prochains mois, plus de 500 nouveaux nationaux qui, en réalité, auront acquis la nationalité à la faveur de pratiques peu orthodoxes. Il est question d’autant de demandeurs guinéens qui ont sollicité les services d’un vaste réseau de faussaires, composés de Sénégalais et Guinéens d’origine établis à Dakar. Les membres de ce réseau sont Sallé Diongue, Boubacar Barry et Malick Sarr (introuvable). Une bien dense activité délictuelle qui n’a pas échappé à la vigilance du Procureur qui, déterminé à tirer au clair ce trafic, avait saisi les limiers de la Sûreté urbaine de Dakat d’un soit transmis aux fins d’enquête.

 

Alpha Oumar Barry, le demandeur guinéen qui a conduit à la découverte du pot aux roses

Le déclic est parti de la demande de certificat de nationalité sénégalaise introduite par le Guinéen Alpha Oumar Barry qui avait concocté un dossier sur la base d’une fausse copie littérale et d’un faux extrait de naissance. L’enquête ouverte par la police a permis, dès le 8 janvier dernier, de le localiser aux Hlm Grand Yoff. Cueilli, Barry déclare que, désirant avoir un acte d’état civil sénégalais, il s’en était ouvert, courant 2017, à sa mère, Mayemouna Barry qui l’a mis en rapport avec le faussaire Sellé Diongue. Lequel est parvenu, par des pratiques peu orthodoxes, à leur délivrer un faux extrait d’état civil, moyennant 30 000 FCFA. Muni de ce document, Alpha Barry est parvenu à se faire délivrer une fausse carte nationale d’identité sénégalaise. Puis, il a « légitimement » cherché à obtenir un certificat de nationalité sénégalaise, en sollicitant cette fois le faussaire, El H. Sogui Guèye qui s’est engagé à lui constituer un dossier. La dame Mayemouna Barry, mère d’Alpha Barry, précisera que Sellé Diongue leur avait alors remis deux copies d’actes de naissance, aux fins d’obtenir évidemment une fausse carte nationale d’identité sénégalaise et un certificat de nationalité sénégalaise. Seulement, elle précise que Sogui est revenu à eux, leur restituant ces documents, sous prétexte qu’ils sont faux et s’engageant à leur trouver un autre acte de naissance « authentique ». Il leur délivre un acte de naissance. Il leur délivre un acte de naissance et une copie littérale « authentique », portant imitation de signatures et cachets d’autorités compétentes. Un document, selon quoi, Alpha Oumar Barry est désormais né le 25 juillet 1994 à Orkadiéré (Matam). Muni de ce document, Sogui Guèye a constitué un dossier de demande de certificat de nationalité sénégalaise qu’il a adressé au Tribunal hors classe de Dakar.

 

L’enquête qui perd les faussaires

Menant leur enquête, les hommes du commissaire El H. Dramé ont appréhendé Sogui Guèye établi à la Patte d’Oie. Pressé de questions, il craque et balance l’un de ses acolytes, Alassane Diabira alias Las, né le 30 novembre 1957 qui dit-il, lui délivrait les faux actes moyennant 11 000 FCFA. Remontant la filière, les limiers mettront la main sur Alassane Diabira, un ancien trafiquant de drogue, devenu rabatteur, rat de tribunal. Entendu, le sexagénaire déclare avoir obtenu les faux actes de naissance de mains d’un autre maillon du réseau, Boubacar Barry, commerçant établi au quartier Rebeuss. Les limiers l’arrêtent et perquisitionnent son magasin. Là coup de théâtre ! Une montagne de faux documents administratifs sénégalais : copies d’actes d’état civil et d’actes de naissance censés être délivrés par plusieurs communes du Sénégal. Les limiers saisiront plusieurs copies littérales d’actes de naissance, un lot de copies de certificats de nationalité, des copies de certificats de mariage constaté, des copies d’extraits de casier judiciaire, de certificats de célibat et de divorce. Malgré tout, Boubacar Barry en imputer la propriété à Alassane Diabira qui, lui renvoyant la balle, soutient que son rôle se limite à récupérer auprès de Barry, des copies de ces documents déjà conçus, remplis, signés et cachetés, exclusivement destinés à des demandeurs guinéens désireux d’obtenir extraits de naissance, cartes nationales d’identité et certificats de nationalité sénégalaise, moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes.

 

Les perquisitions qui ont conduit à la saisie de plus de 500 faux documents

Poursuivant leurs investigations, les policiers ont perquisitionné le domicile de Diabira sis aux Hlm Grand Yoff. Là, ils découvrent une autre cache de faux documents. Il s’agit de plusieurs copies littérales d’actes de naissance, d’extraits de casier judiciaire, de certificats de nationalité, de certificats de mariage…, cachetées et portant signatures d’autorités compétentes. Pris sur le fait, le vieux Diabira qui a plus d’une corde à son arc, charge un autre complice, Malick Sarr, établi à Niague, qu’il présente comme étant le principal faussaire de la bande, celui qui confectionne cachets, encriers et imite les signatures d’autorités. Les hommes du commissaire Dramé arrêteront aussi Sellé Diongue né en 1960 à Thiès. Lui également charge Alassane Diabira qu’il dit avoir connu au Palais de justice de Dakar. Au terme de leur garde à vue, ils ont été présentés le 10 janvier dernier, devant le Procureur de la République, par les limiers de la Sûreté urbaine qui sont aux trousses des demandeurs de ces faux documents.

 

(Source L’Observateur)







Commentaires (0)

Auteur :
 

Commentaire :




DANS LA MEME RUBRIQUE

AFFAIRE OMAR WATT : REVELATIONS DES PREMIERS ELEMENTS DE L’ENQUETE
AFFAIRE OMAR WATT : REVELATIONS DES PREMIERS ELEMENTS DE L’ENQUETE
TRANSPORT ROUTIER : BRAS DE FER ENTRE L’ETAT DU SENEGAL ET LES GROS-PORTEURS
TRANSPORT ROUTIER : BRAS DE FER ENTRE L’ETAT DU SENEGAL ET LES GROS-PORTEURS
MOBILITE URBAINE : L’ETAT DU SENEGAL LANCE LE PROJET « BUS RAPID TRANSIT » (BRT)
MOBILITE URBAINE : L’ETAT DU SENEGAL LANCE LE PROJET « BUS RAPID TRANSIT » (BRT)
ACTES CONTRE-NATURE : DES JEUNES HOMOSEXUELS ARRETES A LIBERTE 4
ACTES CONTRE-NATURE : DES JEUNES HOMOSEXUELS ARRETES A LIBERTE 4